Partagez

A good day ( 29 décembre 2018)

Aller à la page : Précédent  1, 2
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Dim 18 Aoû - 20:42


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Le 30 décembre 2018

Ce baiser, le vrai premier entre eux si on omettait cette calamiteuse première rencontre aux embruns alcoolisés, ce baiser avait été une source d’accalmie morale. En effet, Evanna qui appréhendait énormément se sentait maintenant soulagée d’un poids. Toute la culpabilité qu’elle ressentait ne s’était pas évadée en un claquement de doigts, ou un effleurement de lèvres aux parfums de mojito, mais du moins, c’était moins pire que ce qu’elle redoutait. Elle voulait vraiment aller mieux, elle voulait que sa vie soit meilleure, elle avait enfin ouvert les yeux grâce à Alan, et cet homme semblait de toute évidence être la personne idéale pour l’y aider. Ils s’aideraient mutuellement. A présent, elle avait envie de sourire, et le regard azur de l’Ecossais l’y aidait, il laissait transparaître tant de choses.

-Je préfère « Eva’ », répondit-elle avec un petit froncement de nez. Tu crois qu’on devrait essayer d’oublier cette première rencontre qui ne nous ressemble pas ? Enfin en tout cas qui ne ME ressemble pas. Je ne regrette pas de t’avoir rencontré, bien au contraire, mais… je sais pas, cette approche, comme tu dis, n’était certainement pas la bonne. Enfin, de toute façon maintenant c’est fait, on ne peut pas revenir en arrière.

Elle posa les yeux sur ce sourire qu’il lui tendait, ce sourire qui, elle en était sure, lui permettait de faire passer n’importe quoi.

-T’es vraiment un charmeur, toi ! Ce sourire doit te permettre d’obtenir tout ce que tu veux, c’est certain
, lança-t-elle, amusée.

Rapidement, le chef cuisinier en revint à ses préparations qu’il fallait goûter au risque de le laisser angoisser encore des heures. Il s’était donné la peine de sortir des sentiers battus de son domaine de connaissance, pour elle, pour lui préparer des desserts qu’elle pourrait manger, et il s’était donné du mal, ça se voyait. Evanna ne perdit pas de temps et goûta donc un premier muffin à la pomme caramélisée et à la cannelle. Et force était de constater que les efforts du chef étoilé avaient été méritant, ce muffin était succulent et original. La biologiste ne se priva pas pour le lui dire.

-Tu peux être fier de toi, c’est franchement incroyable !

A son tour, il goûta l’une de ses créations au parfum cette fois de fraise et rhubarbe, un autre mélange délicieux dont Evanna put avoir un aperçu grâce au nouveau baiser offert par celui qu’elle pouvait désormais appeler « son petit ami », qui précisa qu’il y avait encore le cheesecake.

-Hum du cheesecake, l’un de mes desserts préférés, mais que j’ai jamais su faire. Dis donc, avec tout ce que tu vas me faire manger, je vais devoir en faire du sport si je veux pouvoir tenir sur ma planche de surf. Tu fais du jogging ?

Elle songeait déjà à sa balade du lendemain matin avec sa chienne, en petites foulées, qui ne serait pas du luxe après ce repas. La belle brune se retrouva rapidement avec une part de cheesecake bien appétissant sous les yeux. Elle regarda l’assiette sous toutes les coutures, éclairée par les lampadaires derrière eux. Le gâteau était beau et donnait vraiment l’eau à la bouche.

-C’est impressionnant, on dirait qu’il sort de la pâtisserie. Je vais finir par m’y habituer, c’est pas bon pour toi, ça
, dit-elle avec un sourire malicieux avant de se saisir de la cuiller. On goûte en même temps, ou je suis le crash-test ?

Mais elle salivait déjà à force de regarder ce cheesecake framboise, son parfum préféré, qui lui faisait de l’œil, et sans attendre, porta la première cuillère à la bouche. Sans surprise, le dessert était aussi beau que bon. Savourant, les yeux fermés, cette première bouchée, Evanna se demandait s’il lui était déjà arrivé de manger quelque chose d’aussi délicieux. Quelques secondes s’écoulèrent avant qu’elle ne rouvre les yeux et ne reprenne la parole.

-OK, là tu m’as achevée. C’est une tuerie de perfection ! Il faut que tu fasses un bouquin de recettes véganes, t’as un talent indéniable et puis je suis déjà accro à ce gâteau.

Sans attendre, elle en prit une seconde cuillérée.

-Et je compte pas partager ma part, grand chef. On rigole pas avec le cheesecake framboise ! lança-t-elle le plus sérieusement du monde avant d’éclater de rire.





(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Lun 19 Aoû - 1:44


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Le 30 décembre 2018

À quoi bon réfléchir pour sortir un grand discours, quand la simplicité se suffit à elle seule. Alan opta pour cette solution, en voyant transparaître dans le regard d'Evanna qui préféra Eva' à Ev, une once de désappointement. « - Hey tu sais ce quoi ? On va faire comme si cette soirée n'était jamais arrivée. Comme si on ne s'était pas torché la tronche pour ensuite faire ce qu'on a fait. On n'a qu'à se dire qu'on repart à zéro et que ce soir, c'est notre premier vrai rencard ! » C'était aussi simple que ça et il ne s'en offusquait pas, bien au contraire, cette simplicité enfantine sonnait comme une délivrance. « - C'est agréable » commença-t-il alors qu'elle déviait déjà sur son sourire. « - Mon sourire ? Ah oui, je mentirais si je jouais les modestes. C'est une arme de séduction massive. J'ai fait la fortune de mon dentiste à Londres. Je suis même sûr qu'il a réussi à se faire construire une villa avec piscine grâce à moi. Et toi, tu veux que je te dise ce que je trouve charmant chez toi ?! Je ne te laisse pas le choix de toute façon, tu vas être obligé d'entendre ma réponse. Alors il y a tes yeux, mais ça s'est trop cliché. Mais ce qui me fait presque fondre, c'est cette petite cicatrice que tu as sur la lèvre supérieure. Ça te confère un de ces sex-appeal, je te jure ! Tu charmes s'en même t'en rendre compte, ça, c'est fort. » Et il est vrai que le chef étoilé subissait sans s'en plaindre ce talent insoupçonné. Il était acquis à elle et aussi coulant qu'un chamallow fondu, mais tâchait encore de garder un peu de contenance, sa fierté persistant.

Les compliments étaient de rigueur ce soir, et ce, des deux côtés, mais plus encore avec la belle brune qui goûtait les créations de son Écossais de cuisinier. Par chance, car il doutait (preuve que les miracles existent même au pays du kangourou) les papilles de la demoiselle furent charmées par les mets qui se présentaient à elles. Les muffins en guise de pré dessert trouvèrent grâce, tandis que son perfectionniste de nouveau petit ami trouvait à y redire. L'inspiration lui revint lorsqu'il déposa ses lèvres contre les siennes. C'était évident, la prochaine fois, il mélangerait la fraise-rhubarbe à la pomme caramélisée pour une explosion de saveurs. « - Je suis content que ça te plaise. Tu sais, c'est important pour moi, plus que je ne l'aurais cru. À la mort de Maya, du moins peu après, je me suis promis de ne plus jamais cuisiner. Je tenais mon métier pour responsable. À cause de lui, je n'étais pas là pour elle, je n'ai rien vu des menaces qu'elle recevait et… » Il se tue aussitôt, se rendant compte, après coup, que le sujet n'était peut-être pas approprié pour un premier rendez-vous. « - C'est encore trop tôt pour ce genre de discussion. Je suis en train de pourrir l'ambiance et je m'en excuse. » Désolé, il l'était vraiment laissant paraître une attitude que peu de personne lui connaissait. C'était indéniable, avec Eva, Alan se délestait peu à peu de son armure. « - Bon aller tu as un cheesecake à goûter et moi une réponse à formuler. Oui, je fais du jogging, je suis même le genre de type qui se lève tous les jours à l'heure du coq pour aller courir au parc avant de commencer sa journée de travail. Et vous madame la surfeuse ? J'imagine que tu aimes courir sur la plage de temps à autre, je me trompe ? Si oui, peut-être que l'on pourrait courir ensemble, en tout bien tout honneur bien sûr ! »

La dégustation du cheesecake se passa à merveille, tellement que la crash-testeuse ne quittait plus son assiette. « - Donc le cheesecake framboise et l'un de tes desserts préférés ! J'en prends note dans ce cas. Je n'en demeure pas moins ravi de t'avoir achevé et peut-être, qui sait, que dans un avenir proche, je reprendrais vraiment la cuisine. L'avenir n'est-il pas plein de surprises ?! » Leur simple rencontre résumait assez bien cette façon de voir les choses. Eva se resservit sans attendre ce qui amusa son nouveau compagnon. « - Attends avant. Tu t'en aies mis partout ! » Il approcha son pouce de sa lèvre supérieure et la délesta d'un petit bout qu'il reporta à sa bouche. « - Moi, je partage toujours ma part de cheesecake avec la fille qui me plaît, c'est une tradition écossaise. » Il attrapa sa petite cuillère et s'en coupa un bout qu'il porta jusqu'à ses lèvres. « - C'est pas mal pour un premier essai, j'avoue. » Il la vit frissonner, aussitôt il récupéra sa veste et la passa sur ses épaules. « - Il fait un peu plus frais hein ! Je m'en voudrais que la sauveuse des fonds marins, attrape un rhume par ma faute. Tiens j'y pense, comme c'est notre premier rencart, il faudrait qu'on se pose tout un tas de questions non ? C'est juste histoire de se prouver mutuellement que nous ne sommes pas des psychopathes. À moins que tu préfères que je me taise pour savourer en silence ton cheesecake ! »




(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Mar 20 Aoû - 4:05


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Le 30 décembre 2018

La proposition d’Alan fit l’unanimité au sein des pensées d’Evanna : faire abstraction totale de leur première rencontre, faire comme si ce rencard à la plage était le premier. La biologiste acquiesça d’un vif hochement de tête, sourire aux lèvres. Un sourire communicatif dû à celui d’Alan dont la jeune femme ne se priva pas de chanter les louanges. L’Ecossais reconnut lui-même qu’il faisait des ravages avec et qu’il en avait bien profité, faisant la fortune de son dentiste, ce qui ne manqua pas de faire rire son interlocutrice.

-Tu as pu trouver son remplaçant à Melbourne ? Méfie-toi, il y a pas mal de charlatans.

Alan embraya directement sur ce qui lui plaisait chez Eva’. Cette dernière n’eut pas le choix que de l’écouter, presque gênée par ses compliments, elle qui refusait toujours d’en recevoir, n’estimant pas en mériter. Surprise par ce qu’il déclara, elle arqua les sourcils.

-Vraiment ? Pourtant, si tu connaissais les circonstances dans lesquelles je me la suis faite, tu trouverais ça beaucoup moins glamour. Je devais avoir onze ou douze ans, on faisait du surf avec ma meilleure amie de l’époque. Et puis j’ai loupé une vague et je suis tombée à l’eau. Sauf qu’on remontant à la surface que je me suis pris ma planche en pleine poire. Je peux te dire que ça a bien saigné, ma copine avait même peur qu’on attire des requins. Quelle flipette celle-là, ajouta-t-elle en secouant la tête.

Puis, la séance dégustation continua avec une note plus sucrée avec les délicieux desserts prévus par Alan. Evanna se régalait, et c’était une rare aubaine pour elle d’avoir autant de desserts vegans sous la main. Et puis ce second baiser offert par l’Européen avait de quoi finir de charmer une surfeuse déjà conquise. Il était vrai que le mélange des deux saveurs de muffins était divin, presque autant que les lèvres du barman. Elle l’écouta ensuite, toujours avec autant d’attention, et peu à peu son sourire s’effaça, laissant place à une mine compatissante. C’était si triste de l’entendre parler à mi-mots de son histoire. Sa défunte épouse, Maya de son prénom, fut évoquée, et avec elle le souhait du chef de ne plus cuisiner, tenant son métier pour responsable de la tragédie. Eva’ apprit alors que l’épouse d’Alan avait reçu des menaces. Sous le choc d’une telle information, elle resta bouche bée, le regardant, complètement effarée. Maya avait donc été assassinée ?

Quelle horreur !

Alan s’excusa aussitôt, mais Evanna secoua la tête, posant sa main sur la sienne.

-Enfin, non ! Ne t’excuse pas ! Si tu ressens le besoin d’en parler, fais-le, je t’écouterai. Oh Alan, c’est tellement difficile ce que tu as vécu.

Immédiatement, elle le prit affectueusement dans ses bras, dans un geste plein de douceur, lui caressant le dos dans un élan réconfortant. Elle voulait qu’il sente, qu’il sache, qu’il n’était plus seul et qu’elle serait là pour l’aider dans les moments difficiles, parce qu’elle comprenait, elle savait ce que c’était. Mais le bel Ecossais semblait vouloir éviter de trop s’appesantir sur le sujet, et Eva’ ne voulait absolument pas le brusquer. Ils entamèrent donc la dégustation du succulent cheesecake, probablement le meilleur qu’il lui ait été donné de goûter. Elle apprit donc que lui aussi était adepte de la course à pieds, ce qui la fit sourire.

-Ah je suis pas non plus accro au point de me lever aux aurores. Disons que si je suis réveillée tôt, oui, mais sinon, juste assez tôt pour éviter que ma chienne ne redécore le sol. Surtout le week-end, c’est sacré de dormir au moins jusqu’à neuf heures, maintenant que j’ai à peu près retrouvé le sommeil.

Elle ne put s’empêcher de lui sourire à la proposition qu’il fit.

-Oui, c’est une super idée, allons courir ensemble un matin, si tu n’as rien contre le fait d’avoir une joggeuse à quatre pattes avec nous.

Le cheesecake était si bon qu’Evanna ne réalisa même pas qu’elle avait réussi à s’en mettre des miettes sur le visage. Alan le lui fit remarquer, ce qui la fit rire.

-Merci. Quoi, tu juges que c’est juste « pas mal » ? Non non non, c’est absolument divin !

Très galamment, Alan déposa sa veste sur les épaules de sa nouvelle petite amie.

-Merci. Tu n’as pas froid toi ? C’est vrai que les nuits ont tendance à être fraîches. En Australie, tu peux avoir les quatre saisons en une seule journée.

L’idée qu’il avait eue lui sembla excellente et elle acquiesça après avoir repris une bouchée de cheesecake.

-Allez, faisons ça. Ceci dit, si je t’ai pas pris pour un psychopathe avec ton harcèlement de textos, ce n’est pas maintenant que ça va arriver ! Allez, envoie les questions, qu’est-ce que tu veux savoir ? ça marche comment, on répond aussi à notre propre question ?




(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Jeu 22 Aoû - 0:30


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Le 30 décembre 2018

L'ambiance était tout d'un coup un peu moins festive et pour cause, Alan en évoquant la cuisine qu'il recommençait à apprivoiser, ne put s'empêcher de parler de Maya. L'un n'allant pas sans l'autre, il aurait préféré ne pas y penser, du moins pas à haute voix. Il était encore trop tôt pour faire connaître à Evanna cette part de son histoire. Il lui fallait du temps, peut-être pas autant qu'avec Leah et son précédent collègue, il lui fallait toutefois un temps d'adaptation avant de se livrer totalement. La biologiste, qui n'était que douceur et qui laissait paraître une profonde empathie, l'avait compris dès les premières hésitations. Gêné d'avoir alourdi la douce atmosphère l'Européen s'excusa, cherchant les bons mots pour faire écran et passait à un autre sujet. La main de la jolie brune, dans un geste d'affection, se posa délicatement sur la sienne. Son esprit était ouvert, son cœur tout autant. « - C'est une histoire difficile à faire entendre et à écouter. J'imagine que c'est comme une étape, il faut en franchir d'autres avant de l'atteindre. Un jour, sûrement, quand je serais prêt, je te la raconterais. » Il tenta un sourire plus incertain et moins étincellent que ce qu'il avait l'habitude d'offrir. Et alors qu'il s'apprêtait à passer à autre chose, celle qui tendait à faire battre à nouveau son petit cœur, s'approcha pour le prendre dans ses bras, lui qui n'avait pourtant rien demandé. D'ordinaire, le contact n'est pas ce à quoi Alan tend avec les autres. Au contraire, plus il l'évite, mieux il se porte. Cela impliquait à son sens, une proximité, un attachement, de l'intimité et de toute évidence, il n'était pas prêt à atteindre une telle sociabilité. Toutefois, ici, face à la mer, dans les bras de cette femme si particulière, il se laissa aller et accepta l'éteinte sans broncher. Il en avait besoin, bien plus qu'il ne l'aurait cru. Les yeux fermés, il laissa ses mains se poser sur les omoplates de la biologiste et resserra son étreinte avec la même ferveur que l'homme en mer à qui l'on vient de jeter une bouée de secours. L'odeur fruitée du parfum de la demoiselle remonta jusqu'aux narines de l'Européen tandis que la main d'Eva caressait son dos. Toutefois, malgré la douceur de cette étreinte et le bien procuré, trop fier Mr Murray se redressa bien rapidement et préféra changer de sujet.

La cuisine adoucit les mœurs, il est vrai, les passions communes également. Ainsi, la belle brune aimait courir. Alan ne pouvait passer à côté de l'occasion de se joindre à elle pour un petit jogging matinal, certainement pas encore rassasié de sa présence, lui qui d'ordinaire mettait le plus de distance possible avec ses conquêtes après s'être fait plaisir. Avec Eva', c'était différent, il ne la voyait déjà pas comme un trophée, et même s'il la trouvait plus que désirable, l'envie de se la faire ne lui avait pas traversé l'esprit. Il voulait juste être avec elle sans arrière-pensée. « - Ok vendu ! J'accepte de courir avec une joggeuse à quatre pattes, mais plus encore avec celle qui en a deux. » Alan appréciait les animaux, mais plus encore les chiens, il s'était d'ailleurs promis d'en adopter un. Le temps venant à manquer à cause du travail, il lui avait fallu renoncer. Ce n'était que partie remise. Passez le sujet canin, le beau blond ne manqua pas de charrier un peu Eva qui s'était mis du cheesecake un peu partout. « - Je te soupçonne d'avoir fait exprès » Il avança son pouce jusqu'à sa bouche pour le défaire du petit morceau avant de se délester de sa veste pour la déposer sur ses épaules de peur qu'elle attrape froid. « - Moi avoir froid ? Tu parles à un Européen, qui plus est moitié écossais, moitié irlandais. Le froid d'ici n'est pas le même que celui de là-bas. » Une petite pointe de nostalgie l'assaillit sans qu'il ne s'en rende compte. Il est vrai, que malgré le succès de son établissement et la qualité de vie à Melbourne, l'ancien chef n'échappait point au mal du pays. Un pays qu'il avait quitté pour repartir à zéro, mais qu'il ne parvenait à oublier. Se reprenant une fois encore, il proposa à Eva un jeu de questions-réponses histoire d'apprendre à mieux se connaître, sans avoir à s'enfiler plusieurs verres de mojitos et divers shoots d'alcools forts.

« - Bon déjà avant de commencer sache qu'il est possible que je te pose des questions un peu plus… Je mets des parenthèses imaginaires * qu'il mima avec ses doigts * parce que je suis incapable de classer et définir ce type de questions. Je parle trop, c'est ça ? » Il se tue l'espace d'un court instant histoire de connaître le ressentit de sa compagne avant de reprendre. « - Le jeu est simple. Tu poses des questions et je réponds. Je pose des questions et tu réponds. Je vais nous épargner les trucs clichés du style « quelle est ta couleur préférée, ta fleur, ton parfum. D'ailleurs ça m'étonne qu'un type demande ça à une nana. Pour ma part, je mets du Hugo Boss, mais on s'en fout non ?! Bon, j'arrête les digressions, entrons dans le vif du sujet. Je vais la jouer en mode rafale. Quel est ton péché mignon ? Quelle est la chose la plus inavouable que tu n'aies jamais faite ? Et quel est ton pire défaut ? »


(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Jeu 22 Aoû - 16:09


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Le 30 décembre 2018

Evanna apprit à mi-mots ce qui était arrivé à la défunte épouse d’Alan, Maya. Déjà, mourir dans la fleur de l’âge était épouvantable, mais mourir assassinée ! Ça donnait froid dans le dos. La biologiste compatissait sincèrement à ce qu’avait dû traverser son bel Ecossais, elle n’osait imaginer comment elle serait devenu si Jon avait été victime d’un meurtre. Serait-elle devenue haineuse, renfermée sur elle-même, associable, en voulant au monde entier ? Elle préférait éluder ce genre de questionnement, sa personnalité était tout autre, et malgré le drame qui avait ébranlé sa vie, elle avait su rester plus ou moins la même. Avec douceur, l’Australienne fit comprendre à Alan que s’il le souhaitait, elle était à son entière écoute. Après tout, n’avaient-ils pas promis d’être la béquille de l’un de l’autre ? L’ancien chef déclara que lorsqu’il serait prêt, il lui conterait cette tragique histoire. Eva’ hocha la tête, compréhensive.

-Ne te force à rien, d’accord ?

Elle l’avait ensuite pris avec douceur dans ses bras, lui faisant ainsi comprendre à sa manière qu’il avait tout son soutien, qu’elle était là pour lui. Il lui rendit l’étreinte, la serrant fort dans ses bras, et bizarrement ce fut Evanna qui se sentit mieux. Elle espérait que c’était son cas à lui aussi. Cette douce étreinte passée, ils reprirent leur petite discussion qui s’orienta sur la course à pied, un point en commun pour ces deux nouveaux partenaires. La biologiste lui expliqua qu’elle courait très souvent le matin avec sa chienne Pepper, et bien vite ils se mirent d’accord pour aller courir ensemble.

-Tu y vas demain matin ?


Une proposition à peine voilée pour se rejoindre et profiter de la matinée d’été qu’offrait ce mois de décembre sur le déclin. A peine eut-elle posé la question qu’Alan lui fit remarqué avec amusement qu’elle avait des miettes de cheesecake sur le bas du visage. Il fallait dire que ce dessert n’était pas des plus pratiques à manger lors d’un pic-nic, mais c’était tellement bon ! Elle se mit à rire lorsqu’il la soupçonna d’avoir prémédité ça.

-Pardon ? Tu rigoles, je suis pas si adroite pour calculer comment me mettre des miettes de partout. Là, par contre j’ai fait exprès ! dit-elle avant de lui étaler un peu de gâteau sur la lèvre supérieure. Oups, ajouta-t-elle avec une mine faussement désolée avant de s’approcher pour poser sa bouche délicatement contre la sienne et au passage récupérer le petit morceau de dessert. Je t’ai dit, je partage pas le cheesecake.

Tel un chevalier, Alan posa ensuite sa veste sur les épaules de sa nouvelle petite-amie, de peur qu’elle n’ait froid, une attention qui la toucha sincèrement. Puis il proposa un petit jeu de questions. Evanna l’écoutait avec attention alors qu’il définissait les règles du jeu. Elle sourit en hochant la tête positivement, continuant à se délecter du cheesecake aux framboises, du moins le peu qu’il restait dans son assiette. Elle manqua de s’étouffer en riant, posant sa main libre sur sa bouche, tant son humour l’amusait.

-Ils sentent bon les parfum de chez Boss. Hum je pense que ce genre de question sert pour des idées cadeau. Par exemple s’il me vient l’envie de t’offrir un parfum, eh bien je sais lequel je dois prendre. Tu vois ? tenta-t-elle d’éclairer sa lanterne.

Puis, il commença, lui posant trois questions. A commencer par son péché-mignon. Avec un grand sourire et un regard innocent, Evanna montra son assiette quasiment vide, où il restait un petit morceau de cheesecake.

-Ce dessert, depuis ce soir. Avant c’était la tarte aux pommes, le cheesecake arrivait en seconde position, mais là...Je le reconnais, je suis très gourmande et les desserts c’est vraiment un truc auquel j’ai du mal à résister. Ensuite, la chose la plus inavouable ? Waow attends que je réfléchisse… Ah si je sais, bon tu vas me prendre pour une délinquante mais c’était pour la bonne cause. Quand on était à la fac, Jonathan a mis au point avec ses amis un plan pour s’introduire en pleine nuit dans un labo qui fait des tests sur les animaux. On a fait ça un samedi soir et on a récupéré tous les chiens qu’on pouvait. On a réussi à les faire adopter, on n’a pas pu en prendre beaucoup parce qu’une alarme s’est déclenchée, mais le nôtre, on l’a gardé cinq ans. Il est mort ensuite malgré nos soins, parce qu’on lui avait inoculé une maladie incurable, et il souffrait beaucoup sur la fin. Quant à mon pire défaut, sans hésiter, je suis têtue, extrêmement têtue et franchement certaines fois, je reconnais que c’est pas une partie de plaisir. Quand j’ai décidé quelque chose…

Elle secoua la tête avec un sourire.

-Et toi ? Je veux savoir les mêmes choses, et puis j’ajoute mes questions… Alors: si tu devais utiliser un seul mot pour te décrire, lequel ce serait ? Quand tu étais enfant, tu voulais faire quoi dans la vie ? Et quel serait le planning d'un week-end ou d'un dimanche parfait selon Alan Murray ?


(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Sam 24 Aoû - 1:31


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Le 30 décembre 2018

La vie est un cadeau ! S'il fallait résumer ces derniers jours, nul doute qu'Alan opterait pour cette formule, qu'il avait entendu des années auparavant, sans être capable d'en définir l'origine. La plage était à présent déserte, les lampadaires allumés conféraient un quelque chose d'intimiste tandis que le ciel couleur cocktail exotique, intensifiait le caractère romantique de ce dîner pique-nique, face à la mer. Alan était subjugué par la biologiste et peinait de plus en plus à le cacher. Comment une personne aussi prévenante, attentive et patiente, pouvait-elle s'intéresser à un type égoïste, distrait et impatient ? Elle était la gentillesse incarnée, l'exact opposé de lui et des femmes qu'il « fréquentait » jadis. Celles qu'il prenait un plaisir à jeter comme de vulgaires clinex après utilisation. « Un salaud dans toute sa splendeur » Mais avec elle, il en avait la certitude, le mouchoir ne serait pas de mise. Il était d'ailleurs prêt à prendre le temps qu'il faudrait avant de franchir une autre étape. Evanna avait souffert, Al ne le savait que trop bien pour avoir vécu une perte semblable à la sienne. Reconstruire après un tel malheur semblait quasiment impossible d'où l'utilité d'y aller en douceur. Et puis ça fait du bien le changement quand on s'ouvre à lui et qu'on se laisse aller à l'inconnu, sans crainte, ni prévision sur le futur. « Carpe diem ! » Il se délesta donc de sa veste pour couvrir les épaules de sa compagne tout en énonçant les règles d'un petit jeu dont la finalité était d'apprendre à mieux se connaître. Pour mieux se faire comprendre, l'Européen évoqua ce qui lui semblait être les questions bateau à éviter, en l'occurrence les parfums, il cita d'ailleurs le sien « - Ouais, ils sentent très bon, mais avoue que c'est cliché la question du parfum ? Mais je ne prêche pas une convaincu, on dirait. » Et il est vrai que les arguments d'Evanna firent mouche auprès d'un Écossais prit à son propre jeu. « - Mouais ok vu sous cet angle, je viens de gaspiller une cartouche. Pour être sur un pied d'égalité, je vais devoir rompre avec mes principes et te demander le nom de ton parfum ! Et pas de « mais » très chère, je me suis livré à toi avec cette information très très personnelle, tu dois donc me rendre l'appareil. Alors, je suis toute ouïe, quel est ton parfum ?»

Il attendit d'avoir sa réponse, qu'il stocka dans un coin de sa tête, avant de lancer vraiment « les hostilités » Les questions pouvaient paraître assez simples de prime abord, mais demandaient quand même un semblant de réflexion, du moins pour les suivantes, car de toute évidence, la biologiste avait un nouveau péché mignon depuis ce soir. « - Et bien sache que je suis honoré de savoir que ce cheesecake a tes faveurs. Je me ferais donc un plaisir d'en refaire à notre prochain rencard ou peut-être devrais-je opter pour un autre dessert histoire d'étoffer ta liste de péché mignons. » Il profita de son inattention pour lui subtiliser un peu bout de la pâtisserie qui malgré l'absence de gluten, n'en demeurait pas moins agréable en bouche. Mais toujours enclin au perfectionnisme dans sa cuisine, Alan peinait à ne pas trouver quelques défauts à son dessert. « - Je ferais mieux la prochaine fois » laissa-t-il finalement entendre alors que l'Australienne embrayait sur la seconde question. « - Donc tu as vraiment fait quelque chose d'inavouable ? Hum ça devient très intéressant dis donc ! » Le sourire aux lèvres, il la laissa continuer à parler de la chose la plus inavouable qu'elle ait commise par le passé. Une péripétie partagée avec son défunt mari, qu'elle connaissait depuis la fac, Al en avait la confirmation. Il était à n'en pas douter son premier grand amour, une pression supplémentaire pour l'ancien chef et un idéaliste convaincu qui plus est. « - Donc vous avez bravé les interdits pour délivrer des chiens ? Et tu considères ça comme quelque chose d'inavouable ? Ca, c'est un acte altruiste, un truc de militant, une bonne action. Se faire tatouer complètement ivre avec des potes à pas d'heure, ça, c'est inavouable, mais passons, je valide votre réponse Némo ! Ensuite ton pire défaut ? Là aussi ça risque d'être intéressant m'lady ! »

Elle évoqua dès lors ce qui lui semblait être son pire défaut, Al en profita pour attraper son verre et se resservit en mojito allégé « - C'est marrant, je m'y attendais à ce défaut que je trouve très mignon chez toi. Enfin maintenant, c'est mignon, mais c'est vrai que lorsque je ramais pour t'avoir en face à face, le fait que tu sois aussi têtue me sortais par les trous de nez. Mais cesse de blabla, je te dois des réponses. Alors pour commencer, mon pire défaut ? » Il attendit son approbation avant de reprendre l'air taquin. « - C'est évident, je n'en aucun, ou alors juste un petit. Je crois que je suis tout aussi têtu que toi, tu as pu le constater d'ailleurs. Quand j'ai quelque chose en tête, c'est difficile de me faire changer d'avis. Mais bon comme ce défaut a déjà était utilisé, je vais tenter d'être un peu plus original en optant pour une autre réponse. Je suis trop perfectionniste et je me prends assez facilement la tête. C'était pire avant. Avec le boulot, la pression engendrée par les étoiles, il m'arrivait assez souvent de péter un câble. Redevenir mortel et anonyme m'a fait du bien là-dessus, mais je n'en demeure pas moins toujours un poil perfectionniste. Pour ce qui est de la chose inavouable, oui je me suis bien fait tatouer ivre avec des potes tard la nuit. » Pour joindre la parole au geste, il remonta sa manche et laissa apparaître un lion sur son avant-bras droit.

« - J'ai du bol, le mien était le plus réussi. J'ai fini par m'y habituer, mais je te déconseille de le faire ivre et sans rien dans le bide. Mais sinon en guise de bonus, j'avoue qu'il m'arrive occasionnellement d'écouter… Putain je n'arrive pas à croire que je vais le dire…Personne ne le sait à part Maya. C'est honteux… J'écoute du Céline Dion. Vas-y tu peux te moquer. Je ne peux pas faire plus inavouable. Et enfin mon péché mignon, tu l'auras deviné, je raffole des pattes à la carbonara et je suis pour l'heure incapable de te dire pourquoi. Il me semble que c'est l'un de mes sous-chefs qui me les a fais découvrir quand j'étais à Paris. Ça et cette bonne vieille Guinness. Il faut bien que j'honore ma patrie d'adoption. Ensuite, si je devais me décrire en un mot, je dirais solitaire. C'est plus facile comme ça, j'imagine » Il lui sourit tristement avant d'attraper un muffin qu'il porta à ses lèvres « - Quand j'étais gosse, je voulais devenir footballeur professionnel, j'ai même été en centre de formation, mais une blessure à ruiner mes projets d'avenir. Et enfin pour en revenir à des trucs plus sympathiques, un dimanche parfait pour moi, c'est une bonne grasse matinée pour commencer. Ça fais longtemps que je ne me suis pas octroyé ce petit plaisir. Ensuite je ne sais pas trop, sûrement passé du temps avec ma petite amie. Aller courir avec elle et sa colloc à quatre pattes. Et toi, quel serait le mot le plus adéquat pour te décrire ? Quel métier te faisait rêver petite ? Ton dimanche parfait ressemblerait à quoi ? Et je me permets d'ajouter une question au combien importante. Culotte, string ou tanga ? S'il y a d'autres options, je suis preneur ! »




(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Sam 24 Aoû - 3:19


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Le 29 décembre 2018

« C’est une nouvelle vie qui commence, ou du moins la vie prend un nouveau tournant. »
Cela faisait peut-être un peu cliché à dire, mais pourtant c’était ce qu’Evanna ressentait. Ce qu’elle n’avait jamais voulu s’autoriser à ressentir et à vivre était en train d’arriver, et elle était bien obligée de reconnaître que ça lui faisait du bien. Son coeur, auparavant lourd comme de la pierre, était désormais léger, délesté de la moindre appréhension, et Alan y était pour beaucoup. Cet homme avait tant de similitudes avec elle que la biologiste se sentait rassurée en sa compagnie et savait qu’il comprenait la moindre de ses hésitations, il savait pourquoi, il l’avait vécu aussi.

Voilà le nouveau couple à présent enclin à un petit jeu de questions réponses pour apprendre à mieux se connaître. Et ils avaient finalement bien malgré Alan, dû commencer par ces questions qu’il trouvait trop banales et « cliché », auxquelles Eva’ avait donné une probable explication logique.

- En fait, j’ai plusieurs parfums, j’aime bien changé en fonction des saisons. L’été c’est Olympea de Paco Rabane, c’est ma fille qui me l’a fait découvrir l’année dernière. Et l’hiver c’est Allure de Chanel.

Le cheesecake avait en effet les faveurs de l’Australienne qui avait toujours adoré ce dessert, mais celui-ci, fait maison par un grand chef qui avait fait l’effort de cuisiner vegan juste pour elle, était tout bonnement à se damner.

- Oh crois-moi, je ne t’en voudrais pas si tu refais le même. Mais j’avoue être curieuse de voir ce que tu peux faire d’autre. Je suis sure que rien n’est impossible pour toi.

Il avait réussi à lui en chiper un petit bout, alors qu’elle avait précisé avec humour qu’elle n’était pas du genre à partager un si bon cheesecake, aussi lui lança-t-elle un regard faussement réprobateur avant de sourire.

- Tu te prends trop la tête, je ne sais pas ce que tu lui reproches à ce gâteau, mais moi je pourrais me nourrir de ça exclusivement s’il y avait des pénuries.

Les questions continuèrent, et arriva celle de l’action inavouable. Evanna dût remonter quelques années en arrière pour conter ce qu’elle et ses amis de fac, dont celui qui deviendrait son mari, avait fait en pleine nuit. Alan avait l’air de dire que cette bonne action de délivrance des chiens de laboratoire était plutôt bénéfique, ce qui était vrai en un sens.

- Oui, je sais bien, et je ne regrette pas de l’avoir fait, seulement… ça reste hors la loi. Si on s’était fait attraper, on aurait sûrement été aux devants de gros ennuis. Un tatouage complètement ivre, donc ?

Elle continua donc sur ce qu’il voulait savoir : son pire défaut. Les questions se retournèrent naturellement à l’envoyeur, et l’Européen ne manqua pas de faire savoir qu’il n’en avait pas, ce qui la fit éclater de rire.

- Et très modeste, voilà ta plus grande qualité ! Pour le perfectionnisme, je comprends très bien, surtout avec le métier que tu faisais, c’est clair que tu n’aurais jamais pu atteindre un tel niveau sans être perfectionniste un minimum. Mais je ne trouve pas que ce soit un défaut… sauf si effectivement ça te fait péter un câble.


Et il en vint à la chose inavouable ce qui confirma la question qu’elle se posait : il s’était vraiment fait tatouer en étant ivre. Elle écarquilla les yeux avec un sourire amusé.

- Waow, ça c’est vraiment le truc con ! Heureusement qu’il est joli ton tatouage. Mais je croyais qu’avant de se faire tatouer il fallait signer une décharge attestant qu’on n’était pas sous l’emprise de l’alcool ou de drogues ? Vous avez dû aller dans un endroit pas très recommandable pour qu’ils acceptent, non ?

Mais Alan n’était pas au bout des surprises qu’il réservait à sa nouvelle petite amie. En effet, il révéla avec une certaine honte qu’il lui arrivait d’écouter du Céline Dion. L’Australienne pencha la tête de côté, souriant.

- Je ne vois pas ce qui est honteux là-dedans. C’est bien la chanteuse canadienne qui a une voix incroyable ? Bon, c’est sûr qu’auprès de machos, sortir ça dans la conversation te ferait passer pour moins viril que tu en as l’air, mais je t’assure que c’est pas du tout inavouable. En fait ce qui est amusant, c’est toute la pression que tu te mets autour de ça.

Elle lui caressa la joue et attendit qu’il réponde aux questions qu’elle avait posées. « Solitaire » était son mot, celui qui selon lui le représentait le mieux. C’était assez triste. Cependant, elle sourit à l’évocation du métier de ses rêves étant enfant, elle l'imaginait assez bien avec sa petite tenue de foot, il devait être trop mignon. Et entendre ce que serait pour lui un dimanche parfait, cela trouva un écho en elle. Voilà qui lui faisait envie, une grasse matinée avant d’aller courir avec lui et Pepper. Mais c’était à son tour de répondre.

- Alors le mot qui me représente le plus… j’ai du mal à trouver. Je dirais que c’est « famille », parce que chacun des membres a son importance, tout comme les amis proches qui pour moi sont un peu comme de la famille. Je ferai tout pour ma fille, cela va sans dire. Sinon, petite je voulais être vétérinaire. Je ne sais plus pourquoi j’ai changé en cours de route. Je crois qu’après plusieurs stages, je me suis dit que je me sentirais plus à ma place dans la biologie marine, d’autant que ça me permet d’être dans l’océan, ma grande passion. Un dimanche parfait selon moi ressemble assez au tien, en fait.

Elle se tut avant d’éclater de rire à sa dernière question.

- C’est une vraie question, ça ? Tu veux pas garder un peu de mystère ? Hum, je pense que ça veut dire que tu rappelles vraiment pas grand-chose de notre nuit chez toi. A vrai dire, moi-même je ne sais plus ce que je portais... Si tu me dis que tu portes des strings, je pars à la nage pour changer de continent, ajouta-t-elle avec un regard espiègle.

Loin d'être dans le jugement, elle était cependant sure que ce n'était pas son genre.


(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Mar 27 Aoû - 1:42


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Le 30 décembre 2018

« - Pour ma défense, je peux classer ça dans la rubrique « erreur de jeunesse » C'était un coup de folie à Londres en plus. On était plusieurs potes, on s'est rendu à Camden Town. J'avoue que c'était tout sauf une idée brillante, on a un peu souffert, mais c'était drôle. Je suis passé, le dernier sur la table. D'ailleurs, je ne me souviens même plus ce qu'on fêta. Et puis, c'était il y a un bail, le shop était moins regardant à ce moment-là et le Camden de l'époque n'était pas très recommandable. Je suis un adepte de ce genre de truc. Quand j'étais jeune, j'étais un peu con, voir beaucoup. Toutefois, peut-être que je me laisserai tenté par un nouveau tatouage, sobre cette fois et dans un endroit recommandable. » Oui, le chef, se sentait pousser des ailes tellement qu'il se laissait tenter par la perspective d'un nouveau tatouage, une façon pour lui de tourner une page, en marquant une fois encore sa peau. « - Et toi, as-tu un petit tatouage ? » Il espérait encore être surpris, car il n'imaginait certainement pas Evanna avec un tatouage, aussi petit soit-il. Puis un aveu en entraînant un autre, il avoua, non sans difficulté, ce qu'il considérait comme quelque chose d'inavouable « - Yep, c'est bien la chanteuse canadienne à quatre octaves et qui effectivement, elle est pourvue d'une voix magnifique. Mais comme tu le dis, pour un macho adepte de la virilité, ça passe moins bien. Même ma femme se foutait de ma tronche. Une fois, à mon insu, elle a changé la sonnerie de mon portable. Je crois qu'elle avait mis la bande originale de Titanic et s'est amusée à m'appeler en plein service. Tu aurais vu la tronche de mes commis. C'était embarrassant ! Enfin bref, voilà, j'ai cassé le mythe. Mais Tu sais que j'aurais pu aimé cuisiner pour elle. J'aurai pu au vu de ma renommée, mais je n'ai jamais osé demander. Je me sentais trop intimidé. Un jour peut-être. »

Avec le temps et toutes les mésaventures qu'il se traînait, Alan avait cessé de nourrir cette part enfantine en lui. Il avait cessé de rêver, de faire des projets, préférant s'enterrer dans le présent, incapable de savoir ce dont demain serait fait. Mais à présent, soumis à une toute autre réalité, il tendait à reconsidérer les choses. La cuisine faisait à nouveau partie de sa vie, il pouvait le sentir au fond de lui, toute cette passion reprenait vie peu à peu, réanimant avec elle, l'ambition perdue d'Alan. « - Il n'est peut-être pas trop tard pour réaliser ses rêves » lança-t-il avec sérieux avant de très vite se reprendre. « - Enfin loin de moi l'idée de faire de mon envie de cuisiner pour la canadienne, un rêve. Tu vas vraiment finir par croire que je suis un fan de la première heure. Ma mère a toujours dit que je tentais de cacher la part de féminité en moi et je lui répondais que je ne cache rien de ce que je n'ai pas. Au final, le paradoxe, c'est que j'étais une espèce de pitbull d'apparence, qui composait une cuisine légère, raffinée et féminine. Je n'ai rien inventé, c'est un critique français qui a dis ça un jour. Je crois, que si je l'avais eu en face de moi, je lui aurais cassé les dents. Mais c'est vrai, qu'avec du recul, je dois avouer que cette part de féminité que je refusais d'assumer transparaissait de plus en plus dans ma cuisine. » Ses yeux brillaient encore tant il était passionné. Évoquer sa cuisine semblait faire ressortir le meilleur de lui et si la culpabilité l'avait envahi l'espace d'un instant, à présent, il ne pouvait plus nier le manque que cela représentait dans sa vie.

Les minutes s'égrenaient, les questions fusaient, pas très originales pour la plupart, les réponses n'en demeuraient pas moins instructives et pour l'un et pour l'autre. Sans mal, lui qui d'ordinaire ne se confiait jamais, Alan parlait avec sincérité de la solitude qui définissait parfaitement l'ensemble de son être. Eva apposa sa main sur sa joue certainement pour lui faire comprendre qu'il lui faudrait à l'avenir revoir sa définition de lui-même. Et ce contact aussi banal soit-il, rassura le Britannique qui accepta la caresse avant de confesser son rêve d'enfance. Oui, il rêvait de football, de grands stades et d'exhibition toutes aussi impressionnantes. Et il était doué assez pour être repéré et inscrit en centre de formation. Malheureusement pour lui, le Destin avait d'autre plan et une méchante blessure mit un terme brutal à ses ambitions. Un coup du sort qu'il considérait à présent comme une chance. « - Mais assez parlé de moi ! » Il lui retourna donc les questions, curieux de savoir quel mot allait choisir l'Australienne pour se définir, ainsi que le métier rêvé par la petite fille qu'elle n'était plus depuis des décennies. « - Donc pour toi, c'est la famille ! Le moins, que l'on puisse dire, c'est que nous sommes au top en ce qui concerne l'antagonisme. Mais je trouve que ce mot te définit parfaitement bien. Il y a quelque chose de maternelle qui émane de toi. Je t'imagine facilement en maman ours. Tu dois vraiment être une superbe maman surtout après avoir vécu le drame d'une perte. Tes amis ont de la chance de t'avoir, ça je n'en doute pas. Je suis sûr que tu es le genre de personne sur laquelle l'on peut toujours compter. Moi j'aurais quand même opté pour « altruiste » sans entrer dans le « trop bonne trop conne » Enfin, tu es bonne, voir très bonne... Dans mon langage maladroit, ça veut dire que tu es canon et le pire, c'est que tu ne t'en rends même pas compte. Et puis quand tu parles de ta passion, wow, ton regard s'illumine et te rends encore plus fascinante et tellement passionnante, que je suis même prêt à m'intéresser à la biologie marine. Tu m'as vendu du rêve et tu continues à m'en vendre en évoquant ton dimanche parfait. »

Il reprit son sérieux, non sans difficulté au vu de la question qu'il venait de poser. Evanna fut la première à éclater de rire, mettant à mal le sérieux de son nouveau petit ami, qui ne put résister à l'éclat de rire. « - Bah ouais c'était de base une vraie question qui t'étais adressée, mais je te soupçonne de tenter de glaner des informations. Tu dois d'abord me répondre et non, j'ai oublié ce que tu portais cette fameuse nuit d'où ma question. Et pour en revenir à moi, non, je ne porte pas de string, tu vas donc devoir rester sur le continent. Toutefois, il m'arrive de ne rien porter, la nuit en général, je suis à poil. Il fait tellement chaud ici, que c'est plus plaisant. » Ils continuèrent donc leur petit jeu, se dévorant mutuellement du regard et partageant quelques morceaux de cheesecake ainsi que quelques baisers. Deux heures plus tard, ils se décidèrent à quitter la plage. Dans un élan de galanterie sans bornes, Alan suivit Evanna jusqu'à chez elle, désireux de l'accompagner jusqu'au perron. « - Bon bah voilà ! Nous y sommes. Je te laisse ma veste, ça nous obligera à nous revoir et ce même si c'est ce qui est prévu pour demain. Prends ça comme une police d'assurance. » Il s'approcha pour mieux lui faire face, il la dépassait d'une petite tête. Sourire aux lèvres, il passa deux doigts sous son menton et déposa délicatement ses lèvres contre les siennes avant de remettre une distance raisonnable entre eux. « - Donc demain, jogging et atelier cuisine ? Toujours partante ? Ou alors je te propose le jogging et le petit-déjeuner puis l'atelier cuisine en bonus. Qu'est-ce que tu préfères ? »




(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Mar 27 Aoû - 16:36


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Le 30 décembre 2018

- Est-ce que tu en as d’autres, des tatouages ? Et par quoi tu te laisserais tenter alors à l’avenir ?

L’anecdote sur celui qu’il avait sur l’avant-bras était peu commune et avait fait sourire Evanna du début à la fin.

- Moi ? J’ai failli… En fait j’ai eu la trouille et j’ai finalement annulé. On devait y aller avec ma meilleure amie, pour fêter notre majorité. Je voulais faire une tortue marine au bas du dos. J’ai bien fait de pas le faire, j’aurais pas pu avoir de péridurale à la naissance de Lizzie sinon ! Mais qui sait, peut-être que je me laisserai tenter…

Eva’ éclata de rire en entendant l’histoire de la sonnerie que la défunte épouse d’Alan avait modifié avant de l’appeler pour que la voix de la diva canadienne ne retentisse en plein rush cuisine.

- Oui, j’imagine très bien la tête de tes commis. C’est génial comme blague ! Non rassure-toi, tu n’as cassé aucun mythe, c’est juste très drôle d’imaginer le contexte. En tout cas, je te souhaite de pouvoir cuisiner pour elle un jour, si tel est ton rêve. Je suis sure qu’elle serait ravie des merveilles que tu fais.

Alan avait un talent certain, c’était indéniable, dès lors, tout semblait réalisable. Plus elle l’écoutait parler, plus la biologiste le trouvait touchant. Il parlait de la part de féminité qu’il avait en lui, chose qu’il n’assumait que depuis récemment, apparemment. Elle fut amusée par la réaction qu’il avait eu face aux propos d’un critique qui avait souligné cette part de féminité dans sa cuisine. Mais surtout, l’Australienne pouvait voir toute la passion dans les yeux de l’ancien chef étoilé, et c’était quelque chose d’émouvant. A son tour, la jolie brune répondit donc aux questions posées, et le moins que l’on puisse dire, c’était qu’Alan n’était pas en reste sur les compliments.

- Bon, tu le vois pas parce qu’il fait nuit, mais je suis sûrement rouge comme une tomate. Je ne pense pas être une mère exceptionnelle, mais je fais mon maximum pour qu’Elizabeth ne manque de rien, pour qu’elle soit heureuse et épanouie. C’est pas toujours facile tu sais, elle entre dans l’adolescence et je le sens bien passer. Quant à mes amis, oui effectivement ils peuvent compter sur moi, et j’espère qu’ils le savent. Ils ont été très présents pour moi quand le drame a eu lieu. Et puis toi, arrête de me couvrir de compliments comme ça, j’ai les chevilles qui vont enfler ! dit-elle en riant. C’est vraiment trop gentil ce que tu dis. Si la biologie marine t’intéresse vraiment, tu peux m’accompagner une journée au boulot si tu as du temps. Tu verras, ça peut être très cool les microscopes.

Quant au dimanche parfait, le sien et celui d’Alan se ressemblaient beaucoup et la biologiste avait hâte de voir ce que cela donnerait. Mais elle n’eut guère le loisir d’y réfléchir davantage que le gérant du Kangaroo Whiskey lui parla lingerie, ce qui la fit rire à nouveau.

- J’ai bien envie d’utiliser un joker, rien que pour t’embêter et titiller ton imagination.

Elle ponctua sa phrase d’un clin d’oeil, avant qu’il ne déclare qu’en période de chaleurs australiennes, il dormait nu comme un ver.

- Ah, c’est certain que notre été n’est sûrement pas comme celui en Europe.

Les petites questions continuèrent jusqu’au moment où il fallut quitter la plage, parce que le dicton disait vrai : « toute bonne chose a une fin ». Le charmant Ecossais raccompagna malgré tout sa nouvelle petite amie jusqu’à la porte de sa maison, initiative qu’elle apprécia. Elle lui sourit lorsqu’il l’autorisa à garder sa veste, bien qu’ils se revoyaient le lendemain.

- Tu es sûr ? Je suis arrivée, et toi tu as encore du chemin. Tu prendras pas froid, hein ?

Mais en guise de réponse, leurs lèvres se scellèrent en un délicat baiser. Lorsque leurs bouches se séparèrent, Evanna souriait. Elle hocha la tête, ravie du programme du lendemain matin.

- Jogging, petit déjeuner et atelier cuisine, ça me semble parfait. On ne va pas te mettre en retard pour tout ce que tu dois faire demain soir, rassure-moi ? Et puis si tu veux je peux venir t’aider.

Eva’ était en vacances et n’ayant pas sa fille à la maison, elle avait pas mal de temps. Elle passerait quand même voir Lizzie le lendemain après-midi pour lui faire un dernier bisou de 2018.

- On se donne rendez-vous à la plage à 7h pour le jogging, ça te va ?

Il était temps de se quitter, mais seulement pour quelques heures. Un dernier baiser et la porte de la maison d’Evanna se referma. Rarement elle avait eu un tel sourire en allant se coucher.

******

Le 31 décembre 2018

Le réveil sonna à 6h. C’était tôt, mais Evanna était habituée à peu dormir, malgré les somnifères qu’elle avait l’habitude de prendre depuis un peu plus de trois ans maintenant. Une fois levée, elle alla nourrir les fauves avant de se faire un café, souriant toujours, songeant qu’elle allait bientôt revoir Alan. Elle termina son café, alla prendre une douche et enfila ses affaires de jogging avant de sortir la laisse et le harnais de Pepper qui avait compris qu’elle serait de la balade, comme bien souvent. La golden retriever tournait sur elle-même, manifestant sa joie quand son humaine ouvrit la porte de la maison. Toutes deux s’engouffrèrent dans la voiture.

- Pepper, tu vas faire la connaissance d’Alan. J’espère que tu l’apprécieras. Tu seras sage, pas vrai ?

La chienne aboya avant de remettre sa truffe au vent via le petit espace laissé par la vitre entrouverte côté passager. Evanna arriva avec dix minutes d’avance, comme toujours, et sortit de la voiture avec sa chienne.

- Doucement Pep ‘s !

Elle lui accrocha son harnais avec la laisse et commença quelques étirement en attendant qu’Alan n’arrive à son tour.

(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Dim 1 Sep - 17:55


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Dimanche 30 décembre 2018

On n'imagine pas à quel point une rencontre, aussi anodine soit-elle, puisse changer aussi facilement le cours de notre vie. Mais ne nous méprenons pas, toutes les premières rencontres ne sont pas magique, parfois certaines, (le Destin étant joueur), sont un peu plus alambiquées et n'augurent rien de bon de prime abord.  Nous avons besoin, parfois, d'être bousculé pour prendre conscience de l'impact réel de certaines rencontres. Bousculer hors de nos habitudes, de notre confort, de nos certitudes. Puis vient le temps où l'on commence à comprendre, où l'on se défait de nos armures, car si certaines rencontres sont magiques, d'autres peuvent devenir toxique, voir même dramatique et nous oblige, pour nous préserver, à bâtir tout autour de nous, des murs pour se préserver de la douleur, de la peine, de la souffrance, de la tristesse. Dès lors, vous devenez hermétique à toutes les personnes qui se présentent à vous. Les bonnes intentions ne suffisent pas, il faut à tout prix se préserver pour ne pas s'attacher. L'on cherche tellement à fuir la souffrance que l'on finit par se perdre soi-même. Alan ne le savait que trop bien. La période suivant la mort de Maya, fut rude et le conduisit aux confins de lui-même. Par chance, au détour d'une nouvelle rencontre, le beau blond a baissé la garde et nous y voilà. Sur une plage, le cœur léger, car à nouveau en éveil, face à un être qui avait connu la douleur de la perte et la souffrance inhérente à cela. Alan n'avait encore jamais eu l'occasion de partager ça avec quiconque. Mais bien plus que de la douleur, il partageait avec Evanna Porter ce petit quelque chose d'indescriptible, d'inexplicable. Cette évidence qui n'en était pas une avant de l'assumer. Ces sentiments cachés, car trop forts, trop imprévisibles, effrayants peut-être. Cependant, le Britannique défait du moindre doute, avait compris que cette rencontre avait déjà commencé à changer sa vie.

« - Ca fait longtemps que je n'ai pas fait preuve de galanterie. » tenta-t-il pour continuer à adoucir l'atmosphère après avoir déposé ses lèvres contre les siennes en guise de réponse. Evanna ne put s'empêcher de laisser paraître un large sourire sur son visage lorsqu'ils remirent une distance convenable entre eux. « - Jogging, petit-déjeuner, atelier cuisine ! Tout est enregistré. Quant au retard, tu n'as pas à t'en faire, j'ai bien travaillé en amont. Je n'aurais donc pas grand-chose à préparer. À demain alors ! 7h ?! » Il l'affubla d'un dernier clin d'œil puis d'un dernier baiser avant de quitter les lieux, le cœur plus léger encore malgré la distance qui s'instaurait entre eux. Le sourire quant à lui ne quittait plus ses lèvres, il avait l'impression de revivre et ça lui faisait un bien fou.


Lundi 31 décembre 2018

6 h sonna, emportant avec lui les dernières bribes de sommeil du Britannique, qui laissa à peine le temps au commentateur de faire son bulletin météo. En effet, une fois encore, le réveil se vit affublé d'un « petit » coup qui le mit en veilleuse presque aussitôt. Alan ne voulait pas être en retard et faire mauvaise impression, il avait donc pris les devants en se levant plus tôt et en préparant sa tenue de sport qu'il enfila après une douche éclair. Dans son sac, il avait aussi préparé du rechange, en somme une tenue décontractée comme toujours. Il fit l'impasse sur le café, car il était à présent 6h20. Il le savait, il serait en avance, cela lui laissait une petite fenêtre de tir pour se rendre chez un commerçant du quartier, qui en plus de s'entendre avec le Britannique, tenait une boutique de fleurs et lui avait fait promettre, la veille malgré l'heure, de lui mettre une composition de fleurs fraîches de côté. Une bonne alternative pour Alan, qui avait oublié de demander à Eva' le type de fleurs qu'elle affectionnait. L'ancien chef quitta donc son appartement et rejoignit l'arrière-boutique de son confrère qui commençait déjà à préparer quelques commandes. Le gérant du Kangaroo Whiskey s'acquitta de ce qu'il devait au fleuriste puis regagna son véhicule, un bouquet sous le bras avant de prendre la direction de la plage. Il était à présent presque 7h55 et le soleil commençait à sortir de sa léthargie. Lunettes de soleil sur le bout du nez, Alan gara son imposant SUV sur le parking. Quelle ne fut pas la surprise du bel Écossais en découvrant, à quelques mètres, une silhouette on ne peut plus familière.

« - Hey ! » Il lui fit un signe de la main avant de sortir l'imposant bouquet de fleurs tout en s'approchant. « - Salut ! Je me suis permis de te prendre des fleurs. Ouais, je sais, c'est cliché et comme je ne savais pas quelle fleur avait ta préférence, j'ai pris un peu de tout. Là, c'est encore plus cliché ! » Il lui tendit le bouquet et posa son regard azur sur Pepper qui s'approcha du nouvel arrivant « - Alors c'est toi le fameux compagnon à quatre pattes? » Il se mit à sa hauteur et commença à la caresser, une initiative qui sembla ravir la chienne qui pas méfiante, se laissa approcher sans mal. « - Ah on dirait que j'ai réussi à la charmer » Il se releva doucement pour ne pas brusquer Pepper et s'approcha un peu plus de sa maîtresse. « - Bien dormi ? » Il attendit sa réponse et la laissa mettre le bouquet dans sa voiture, mais déjà en manque de leur promiscuité, il la prit par surprise lorsqu'elle se retournait puis posa ses lèvres contre les siennes tout en posant ses mains chaudes sur sa taille. Front contre front désormais, il ne put s'empêcher de lui sourire. « - Désolé, mais j'en avais vraiment très envie ! »


(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Lun 2 Sep - 17:16


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève



Lundi 31 décembre 2018


Jour 1 de la nouvelle relation. Ainsi aurait pu s’intituler le nouveau chapitre d’un journal intime, si Evanna en avait tenu un. Ce n’était pas le cas et même si ça faisait cliché, c’était pourtant ce que représentait cette date. Ce soir serait le réveillon du nouvel an. A croire que ce que l’on disait sur l’année 2018, « année du changement », pouvait s’avérer véridique.

Rarement la biologiste marine ne s’était vue aussi enthousiaste à l’idée d’aller faire son jogging. Cette fois-ci, il n’y aurait pas seulement elle, Pepper et le soleil levant. Le bel Ecossais serait de la partie. Arrivée sur place, après avoir faire descendre sa chienne et lui avoir mis son harnais, l’Australienne se livra à quelques étirements avant que, seulement quelques minutes après, son petit ami n’arrive. Elle entendit le son de sa voix et immédiatement, un sourire se dessina sur ses lèvres. Elle se tourna vers lui et le vit avancer vers elle, un bouquet de fleurs en main. Quelle surprise.

- Salut ! répondit-elle, enchantée en prenant ce joli bouquet alors qu’Al saluait Pepper, visiblement enchantée.

Comme humain et quadrupède semblaient faire connaissance dans la joie et la bonne humeur, Eva’ décida de déposer le beau bouquet dans sa voiture, après l’avoir regardé sous toutes les coutures avec un grand sourire et humé la délicieuse odeur qui en émanait. Elle répondit à sa question tout en fermant la portière.

- Peu mais bien, et toi ? demanda-t-elle en se retournant avant d’être surprise par Alan qui venait alors l’embrasser.

Elle ne put s’empêcher de sourire à son tour, glissant ses mains à sa taille.

- Ne t’excuse pas, c’était agréable. Encore un ? demanda-t-elle alors que Pepper s’était dressée sur les pattes arrières pour venir tapoter leurs cuisses de ses antérieurs, réclamant de l’attention.

Evanna déposa un nouveau baiser sur les lèvres d’Alan avant de se détacher doucement.

- J’en connais une qui s’impatiente. Et on ne veut pas rentrer trop tard, n’est-ce pas ? On a beaucoup à faire, monsieur le professeur.

Elle récupéra la laisse de Pepper qu’elle accrocha à un mousqueton à sa taille et glissa sa main dans celle d’Alan.

- Tu démarres d’où d’habitude ?

Ils avancèrent finalement jusqu’à la jetée où démarrait la piste cyclable et commencèrent en petites foulées, la golden retriever courant à côté de son humain du côté de la plage. La lumière du soleil levant conférait une ambiance féerique aux lieux avec ces couleurs pastels. Au bout d’une heure de course à pied à un rythme un peu plus soutenu, les voilà sur le chemin du retour. Pepper traînait un peu la patte alors qu’ils arrivaient enfin aux voitures après avoir ralenti la cadence. Reprenant son souffle, Evanna détacha la laisse de sa chienne et s’adossa au capot de sa voiture.

- C’était sympa ! A refaire.

Elle sortit les clés de sa voiture et s’approcha d’Alan pour déposa un chaste baiser sur ses lèvres.

- Tu me suis ? Et après une bonne douche, on embraye sur le petit dej ?

Pepper , qui d’ordinaire attendrait déjà devant la portière de la voiture pour remonter, ne cessait de tourner joyeusement autour d’Alan qui, visiblement, lui plaisait bien.

- On dirait qu’elle t’a adopté. J’en étais sure.

Malheureusement, elle était un peu moins pleine de certitudes concernant sa fille, mais elle n’était pas près de lui en parlait. Ça ne faisait même pas vingt-quatre heures. Si leur histoire durait, elle attendrait un certain temps avant d’en toucher un mot à Elizabeth, et enfin le lui présenter. Eva’ ouvrit la portière laissant ainsi Pep’s passer par le fauteuil conducteur pour aller s’installer à sa place avant de grimper à son tour. Elle attendit que le bel Européen mette à son tour le contact pour passer devant et le conduire jusqu’à chez elle. Ils sortirent chacun de leur véhicule et se retrouvèrent dans l’allée.

- J’espère que tu n’es pas allergique aux chats ? J’en ai deux, mais j’ai aussi des antihistaminiques.

Elle sortit la clé de la maison et ouvrit la porte avant de l’inviter à entrer. Pepper, elle, ne s’était pas faite prier et fonça vers sa gamelle d’eau avant d’enfin atterrir sous la table basse du salon.

- Fais comme chez toi.

Eva’ retira ses baskets et posa les clés sur la console de l’entrée.

- Tu veux prendre une douche, j’imagine ? Viens, la salle de bain est à l’étage.

Elle lui prit la main et monta avec lui l'escalier. Sur le palier, l'un des deux chats se prélassait et fut surpris de voir un nouvel humain, ce qui le sortit de son état de repos.



(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Mer 4 Sep - 21:04


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève



Lundi 31 décembre 2018

Jamais courir ne fut aussi attractif pour Alan, qui le faisait avant juste pour ne pas bousculer ses habitudes et aussi pour se défouler. Et le moins que l'on puisse dire, c'est qu'il s'est souvent défoulé aux cours de ces derniers mois. « Trouvez-vous une activité non-destructrice » disait le psy, le premier, l'un des plus compétents. Alan s'était auparavant illustré dans quelques autres activités, pas illicites certes, mais addictives à trop grande fréquence. Une addiction qui ramenait l'ancien chef à une époque qu'il préférait oublier. Cette fois, tout différait, comme si un nouveau jour se levait dans la vie d'un homme qui n'avait connu que peu d'éclaircies au cours de ces dernières années. Récupérant le bouquet de fleurs, il retrouva avec joie le parking de la plage. Le soleil était encore loin de son zénith, mais semblait enclin à attirer tous les regards mettant en exil les quelques valeureux nuages osant polluer l'azur de son horizon. La mer tout aussi docile, reflétait dans son immensité le ciel délesté de ses volutes nuageuses. Tout paraissait si calme, comme si mère Nature en personne était intervenue pour que ses éléments offrent de concert aux deux amoureux, une atmosphère propice à la romance. Alan était sensible à cela et bien qu'il ait encore du mal à s'accommoder du climat australien, aujourd'hui, il remerciait le soleil et sa douceur pour ce squattage en bon et due forme.

Bouquet en main, il ne lui fallut pas longtemps pour l'offrir à sa belle qu'il était ravi de retrouver. Ils avaient beau s'être quitté quelques heures auparavant, il comprenait bien malgré lui, que le quasi-état de manque semblait être avéré, mais pour ne pas l'effrayer, il tâcha de garder ce sentiment et se contenta d'abord de son plus beau sourire avant de faire connaissance avec Pepper, qui semblait ne faire montre d'aucune hostilité à son égard. Il en profita ensuite pour se rapprocher d'Evanna qui venait à peine de déposer le bouquet dans sa voiture. Il posa ses mains sur ses hanches et la surprit en lui volant un baiser lorsqu'elle consentit à se retourner. Il devait le reconnaître, c'était dur d'y résister, mais conscient d'avoir peut-être été trop audacieux, il s'excusa. Oui, il avait encore des progrès à faire, lui qui avait pris de très mauvaises habitudes en termes de non-relation. Mais le sourire de la biologiste et ses paroles achevèrent de rassurer l'Européen. « - Ca, il ne faut pas me le demander deux fois » Il approcha son visage du sien pour lui offrir ce baiser tant convoité avant d'être stoppé net par une Pepper bien décidé à leur faire savoir qu'elle était là. Eva' en profita toutefois pour embrasser furtivement Alan qui s'en accommoda malgré tout. « - On dirait qu'elle n'est pas encore prête à te partager ou effectivement, c'est sa façon à elle de nous dire que nous grouiller parce qu'il y a du taf. » Effectivement, ils avaient du travail, Eva attacha sa camarade poilue avant de glisser sa main libre dans celle de son nouveau compagnon qui lui indiqua vers où commencer.

Ils optèrent pour la petite foulée, histoire de ne pas trop se fatiguer et de mieux profiter de ce magnifique cadre qui leur était si gentiment offert par Mère Nature. Le chien y allait de sa participation et semblait s'adapter aux deux humains qui l'accompagnaient. « - La prochaine fois, il faudrait que je pense à prendre mon appareil. Les couleurs sont magnifiques dans ce coin et à cette heure. » Et il est vrai que cela lui changeait du parc qu'il avait l'habitude de fréquenter pour ses joggings matinaux. Et puis si en plus il pouvait allier l'une de ses nouvelles passions à la course, il n'allait pas louper l'occasion de se livrer à une séance au pas de course. Les deux amoureux échangèrent un peu et continuèrent à courir sur une petite heure avant d'enfin retrouver le parking. Chacun reprit son souffle, le soleil commençait à taper dur, l'arrêt était de ce fait une bonne idée. Alan retourna jusqu'à sa voiture et en sortit une bouteille encore fraîche qu'il tendit à la belle brune. « - J'avoue c'était plus cool et agréable de ne pas courir seul. » Il récupéra la bouteille et se massa la nuque tandis que la belle biologiste, clés en main, venait de se mettre sur la pointe des pieds pour embrasser chastement son bel amant. « - Ca aussi c'est sympa après l'effort. » Sourire coquin aux lèvres, il s'apprêtait à répliquer, mais se retrouva prit de cours pas Eva, qui aujourd'hui se faisait la voix de la raison. « - Ok ! Je te suis où tu veux beauté surtout s'il est question de douche. Avec cette chaleur, c'est presque un fantasme la douche froide. Aller let's go alors ! » À son tour, il récupéra ses clés de voiture constatant que Pepper continuait à lui tourner autour preuve irréfutable qu'elle avait adopté ce nouvel humain dans la vie de sa maîtresse. « - C'était le test avoue ?! » Il se mit alors à genoux pour être à la bonne taille et commença à caresser joyeusement la chienne. « - Je suis ravi que tu m'aies adopté. De toi à moi Pepper, j'appréhendais que tu ne puisses pas me piffrer. Me voilà rassuré ! » Il se releva doucement pour ne pas braquer l'animal et fit face à Eva. « - Donc j'ai réussi le premier test ? » La portière ouverte, la golden en profiter pour grimper à l'arrière « - A toute alors ! » Il offrit à Evanna un dernier sourire avant de rejoindre à son tour sa voiture.

Toujours de bonne humeur, l'ancien chef, mit le contact et alluma la radio à la recherche d'une bonne station à écouter durant le trajet, aussi court soit-il. Il ne se posait plus aucune question désormais, et même la soirée du 31 en approche ne semblait le défaire de sa bonne humeur. Les premières notes d'une vieille chanson qu'il affectionnait, se firent entendre, preuve que tout était mis en œuvre aujourd'hui, pour parfaire la bonne humeur de l'Européen. Quelques minutes s'écoulèrent donc avant que les deux véhicules ne soient enfin à l'arrêt. Alan, qui récupéra son sac avec le rechange, fut le premier à sortir et rejoignit aussitôt Evanna jusque dans son allée. La belle brune lui fit alors savoir qu'en cas d'allergie féline, elle avait ce qu'il faut, ce qui fit sourire le beau blond. « - Décidément tu penses à tout, mais ne t'inquiètes pas, à ce que je sache, je ne suis pas allergique aux chats. Je pense donc que ça devrait aller » Et, c'est ainsi que cette fois Alan, franchit le palier et pénétra la demeure d'Evanna. Pepper quant à elle, les abandonna au profit de sa gamelle d'eau. « - Wow ! » commença le gérant du Kangaroo Whiskey en observant les lieux. « - C'est mignon comme tout ici ! » Il continua à observer tandis que la belle se délestait de ses baskets lui proposant au préalable de faire comme chez lui. « - Ne me dis pas de faire comme chez moi, je pourrais prendre ça pour une véritable invitation. » Toujours aussi accueillante, elle lui proposa de se doucher, allant même jusqu'à lui prendre la main pour le conduire jusqu'aux escaliers qu'elle commença à monter en sa compagnie.

« - J'en rêve de cette douche froide tu sais ! » Il remarqua l'un des chats qui enclin à la curiosité, sortit de son repos pour les approcher. Alan, qui voulait bien faire, s'approcha et commença à caresser le félin, qui se mit à ronronner et à tourner autour de lui. « - Je crois qu'il m'aime bien lui aussi non ? » Il chercha le regard et l'approbation de sa petite amie avant de regagner la salle de bains. L'envie de lui proposer de l'accompagner se faisait de plus en plus forte, mais conscient que c'était peut-être encore un peu trop tôt, Al se contenta d'un sourire "- Bon bah j'y vais alors" Il entra dans la salle de bains, referma la porte (pas à clé) puis commença à se déshabiller avant d'enfin entrer dans la cabine. L'eau froide, après avoir tourné le robinet dans la bonne direction, ruissela sur son corps encore tout chaud du précédent effort. Il se mit même à siffler, chose qu'il n'avait plus fait depuis longtemps. Moussant, il se rinça très rapidement avant de quitter la cabine pour rejoindre la terre ferme, dégoulinant d'eau. Il se saisit alors d'une serviette qu'il passa autour de sa taille et ramassa ses vêtements sales, qu'il échangea contre les propres. En moins de temps qu'il en faut pour le dire, le bermuda en jean et le débardeur furent enfilés. Il reposa la serviette humide sur le porte-serviette prévu à cet effet et quitta enfin la salle de bains. « - J'ai fini ! La place est libre si tu veux ! » lança-t-il gaiement en quittant les lieux. « - Eva? Tu es là ? »



(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Jeu 5 Sep - 14:56


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève



Lundi 31 décembre 2018

Alan était drôle, il avait un humour bien à lui auquel Evanna n’était pas habituée, mais il avait quand même le don de la faire sourire. En fait, en sa présence, la biologiste ne s’en rendait pas compte mais le sourire ne quittait plus ses lèvres. Pas le même sourire qu’elle arborait d’habitude. C’était quelque chose de différent, d’inexplicable. Elle n’avait pu s’empêcher de rire lorsqu’il assimila Pepper à une sorte de test, rite de passage qui dirait que si le chien accepte, alors il pouvait intégrer la famille.

- Le vrai test, c’est ma fille, mais je crois que t’es pas prêt pour ça, lança-t-elle avec un clin d’oeil.

Finalement, ils purent prendre la route chacun au volant de leurs véhicules respectifs avant d’arriver en peu de temps chez l’Australienne. D’ailleurs, ça lui faisait bizarre de ramener un homme chez elle, un homme autre que son cousin ou le meilleur ami de Jon qui était aussi leur médecin de famille. C’était bien la première fois qu’un homme, un petit ami de surcroît… Un petit ami ! A bien y penser, ça lui faisait bizarre parce que ça ne lui était plus arrivé depuis des années, le dernier en date étant devenu son mari et le père de sa fille. Bon, le voir bien s’entendre avec Pepper était, il est vrai, un bon point. Elle n’aurait pas supporté de se retrouver avec quelqu’un qui n’aimait pas les animaux.
Ils arrivèrent donc au niveau de la maison des Porter et Eva’ lui montra rapidement le rez-de-chaussée, rassurée de le savoir non-allergique aux chats, avant de l’inviter à la suivre à l’étage pour la douche tant attendue. Il faisait chaud ce matin, c’était un fait, et le jogging matinal n’avait fait qu’accentuer cette sensation désagréable. Elle lui sourit, ravie de voir que son intérieur lui plaisait, avant de grimper les marches à côté de lui. L’un des deux chats s’était manifesté et visiblement il semblait surpris mais agréablement par le nouvel humain présent.

- Oui je pense, mais c’est pas le plus difficile des félidés. Quand tu verras le boudeur, tu comprendras. Moi aussi j’en rêve de cette douche.

Sans perdre plus de temps, elle lui ouvrit la porte de la salle de bain du couloir, lui allumant la lumière et lui mettant à disposition une grande serviette. La biologiste ressortit pour laisser Alan à son aise et alla pour sa part dans la salle de bain attenant à sa chambre pour à son tour retirer ses vêtements de sport et se jeter sous l’eau froide. Elle en profita pour se laver rapidement les cheveux, et une fois à nouveau toute propre et dégageant une douce odeur de gel douche, elle sortit et se décha rapidement pour enfiler une tenue plus décontractée. Un short en jeans et un débardeur. Elle enfila des ballerine et après s’être à nouveau essoré les cheveux, elle sortit. C’est là qu’elle entendit la voix de l’Européen appeler son prénom.

- J’arrive ! lança-t-elle avant d’arriver en trottinant.

Elle ne tarda pas à arriver à son niveau, tout sourire.

- Alors, paré pour un petit dej bien mérité suivi d’un cours de cuisine ?

Elle glissa sa main dans la sienne et ensemble, ils purent descendre l’escalier qu’ils avaient empruntés un peu plus tôt. En passant pas le salon, le second chat, lové en boule sur le dossier du canapé, ne daigna même pas les regarder.

- C’est lui, le boudeur. Il ne va pas te calculer pendant un moment. Donc là c’est le salon.

Puis ils arrivèrent à la cuisine, ouverte avec un bar.

- Tu bois du café, ou tu préfères autre chose ?

Evanna lança la cafetière, parce que le matin il lui fallait sa dose de caféine.

- Hier j’ai fait du pain, ça te dit des tartines ? Sinon je peux aussi faire des pancakes, je suis sure que tu n’as jamais goûté une version végane. Assieds-toi, lui dit-elle finalement en désignant un tabouret.

Evanna n’aurait jamais imaginé qu’elle serait si contente d’avoir Alan chez elle. Pourtant, ça lui faisait plaisir, même si c’était un peu effrayant au départ de le faire entrer dans sa bulle.


(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Dim 15 Sep - 0:38


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


« Le vrai test, c'est ma fille, mais je crois que t'es pas prêt pour ça » Dans un coin de sa tête, Alan se passait en bouche cette réplique d'Eva'. Et oui, c'était bien la peine d'être parvenu à séduire la plupart des animaux, s'il oubliait le plus important, la fille. D'elle, l'Européen ne savait que peu de chose, à peine l'essentiel. Une adolescente de surcroît. L'ancien chef n'en fréquentait pas, du moins, il ne considérait pas son cher testeur préféré comme tel, bien que sur les papiers le jeune Az était et demeure encore âgé de 16 ans. L'Européen n'était pas à l'aise avec les enfants, il ne l'avait d'ailleurs jamais été contrairement à Maya. Nul doute qu'elle aurait excellait dans ce rôle, à l'inverse d'Alan qui prétextait le manque de temps dû à sa profession. Mais pour dire vrai, cela n'était qu'une excuse, qui cachait un mal-être bien plus profond encore. Alan se reprit, il était hors de question que son passé vienne interférer avec la superbe journée qui se présentait à lui. Il quitta très rapidement la salle de bains, lavé de ses précédents efforts et bien décidé à continuer à profiter du temps passé avec Eva' qui refit son apparition. De toute évidence, il y avait une autre douche à l'étage à en juger par les cheveux encore un peu humide de la demoiselle qui arborait une nouvelle tenue. Aussitôt, le sourire d'Alan prit vit éclipsant instantanément les quelques pensées venues parasiter sa bonne humeur. Et bon dieu qu'elle était belle malgré la simplicité de son choix vestimentaire. « - Je croyais qu'il n'y avait qu'une douche, je me suis donc activé en passant que tu attendais. J'ai même pas eu le temps de faire ma permanente ! » dit-il encore en usant de son humour.

« - Tu es mignonne dans cette tenue. Si on n'avait pas trente ans de trop, je t'aurais bien invité au bal de fin d'année. Rassure-moi, au lycée, vous faites aussi des bals de fin d'année ? » Il attendait la réponse de la très charmante biologiste qui toujours sous l'emprise d'une bonne humeur contagieuse, contre-attaqua avec le petit-déjeuner à venir. Le regard d'Alan, d'un azur insondable, brillait de désir et pour la perspective d'un petit-déjeuner et pour la personne qui allait le lui préparer. « - Je suis toujours paré lorsqu'il s'agit de petit-dej » Ils descendirent donc l'escalier côte à côte, main dans la main. Ce geste anodin pour certain et révélateur pour d'autres, devenait naturel pour eux et semblait s'inscrire dans une nouvelle quotidienneté. Eva' lui présenta le « boudeur » qui ne dénia accorder le moindre regard à l'Européen, avant de prendre la direction du salon, qui lui aussi était décoré avec goût. « - J'ignorais que les biologistes étaient aussi doués pour décorer leur intérieur » lança-t-il avec malice tout en gardant sa main dans la sienne. « - La prochaine fois, je prendrais le temps de te faire visiter mon chez moi. Il faudra juste que je m'octroie une journée pour tout nettoyer. Tu sais nous les mecs nous ne sommes pas des pros de la balayette. Et loin de moi l'idée de mettre en exergue une misogynie dont le vrai moi n'est pourvu. Je me tais ? » Il la laissa acquiescer pour ensuite le conduire en zone de confort. La cuisine avait une belle surface et était ouverte sur le reste de la pièce à vivre avec un petit bar attenant. Alan s'y approcha tandis qu'Eva rejoignait l'autre côté. « - Ah oui, il n'y a rien de mieux qu'une tasse de café bien noir pour commencer la journée ou pour la terminer. » Elle activa aussitôt la cafetière tout en se déplaçant de placard en placard pour satisfaire son invité du jour.

« - Ne te prends pas la tête hein ! Fais comme tu veux, bien qu'effectivement, je me laisserais bien tenté par le pain et les pancakes vegans. » Il s'approcha du tabouret qu'elle venait de lui désigner et prit place fasciné et intrigué par les préparations de la demoiselle. « - Je peux aider ? » Il ne résista point à l'envie de la rejoindre dans la cuisine pour apporter son aide. Il récupéra de ce fait les deux mugs remplis de café qu'il déposa sur le bar avant de revenir. Il se glissa derrière elle, alors qu'elle préparait les pancakes. « - Ca sens vachement bon dis-donc ! Comment tu prépares ça du coup ? Qu'est-ce que tu mets à la place des œufs et des produits laitiers » Il restait près d'elle attentif à ses gestes et à ses explications, elle lui fit même goûter la pâte qu'il se surprit à apprécier. « - Tu sais ce qui pourrait être sympa avec ça ? Des noix de macadamia et quelques morceaux de pommes. Je testerais la recette une prochaine fois. J'ai un testeur officiel qui se fera un plaisir de me faire une critique détaillée. » Il se décala pour lui laisser de la place et rejoignit le bar et son tabouret où plusieurs tranches de pain et de la confiture maison l'attendait. Tout sourire, il ne put résister à l'envie de sortir son portable pour immortaliser l'instant. « - Je te trouve grave sexy derrière les fourneaux avec ton petit tablier. Je capture l'instant pour pouvoir fantasmer sur cette image avant de m'endormir»


(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Jeu 19 Sep - 0:19


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève



Lundi 31 décembre 2018

Quelle superbe matinée ! Evanna se sentait légère et heureuse, et ce n’était pas un simple jogging matinal en bord de mer qui en était à l’origine. Être en compagnie d’Alan avait d’étranges mais positives vertus. Au début, l’idée de le ramener chez elle l’avait un peu ébranlée, mais finalement, tout semblait se passer le plus naturellement du monde. Une douche plus tard, les voilà dans la cuisine, après avoir croisé le second chat, un peu moins sociable que le premier.

- Oui bien sûr qu’on fait des bals de fin d’année. Quant à ta permanente, je serais bien curieuse de te voir avec ça. Je sens qu’on va avoir droit à des défis capillaires sous peu, lança-t-elle avec un petit sourire amusé.

La biologiste commença alors à préparer le nécessaire pour un petit déjeuner en bonne et due forme, à commencer par un bon café., puis elle lui proposa des tranches de pain maison et des pancakes tout aussi faits maisons.

- Parfait, c’est parti alors.


Elle coupa des tranches de pain qu’elle mit au toaster avant de procéder à la préparation de sa pâte à pancake végane.

- Non, très cher, tu es mon invité, alors tu t’assoies et tu bois tranquillement ton café, dit-elle en souriant.

L’australienne servit alors à son invité une tasse de café, s’en servant une également qu’elle posa à côté de celle d’Alan sur le bar.

La pâte fin prête, elle commença à procéder à la cuisson, après lui avoir mis ses tartines dans une assiette et avoir sorti de quoi satisfaire tous les goûts en matière de tartines et pancakes : confitures, pâte à tartiner, margarine, sirop d’érable...

- Oh c’est très simple : pour le lait, il suffit de mettre la même quantité de lait végétal, celui de ton choix, et pour remplacer les œufs, une demi-banane écrasée. On peut aussi mettre de la compote. Et j’ai appris un truc récemment, pour aider à lever, que ce soit pour les gâteaux ou les pancakes, une cuillère à café de citron ou de vinaigre de cidre. Tu connaissais sûrement l’astuce ?

Après avoir préparé une pile assez conséquente de pancakes, elle apporta l’assiette vers lui tandis qu’il sortait son téléphone pour la prendre en photo. Elle ne put qu’éclater de rire face à sa remarque.

- Sérieusement ? C’est bien la première fois qu’on me dit ça. C’est un truc de cuisinier de trouver ça sexy ? Qu’est-ce que tu dirais si tu me voyais faire des cookies !


Evanna déposa l’assiette entre eux avant de prendre place à côté de lui.

- Alors ce pain, comment tu trouves ? Depuis que j’ai goûté le vrai pain en France, je suis incapable d’en acheter ici. Ça n’a rien çà voir, et je suis sure que tu confirmeras.

Elle se saisit de sa tasse de café et en but une gorgée. Ça faisait du bien, surtout après une course à jeun.

- Ah c’est pas bête l’idée des noix de macadamia et des pommes. J’en ai plus hélas, mais j’y penserai. Tu as toujours plein d’idées, c’est incroyable, on sent que c’est une vraie passion que tu as pour la cuisine, et c’est pas donné à tout le monde d’imaginer de nouvelles choses comme tu le fais.

Du bout de la fourchette, elle attrapa un pancake qu’elle mit dans son assiette avant de verser un peu de sirop d’érable dessus.

- C’est ma collègue qui me l’a rapporté du Canada quand elle a été étudier les orques de là-bas. Je peux te dire que je suis tombée amoureuse de ce truc. J’ai aussi goûté des biscuits au beurre d’érable, tu connais ?
(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Sam 21 Sep - 12:36


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève



Lundi 31 décembre 2018

Les choses les plus simples sont les meilleures et à cet instant, Alan Murray n'en doutait plus. Le jogging, la douche, le petit-déjeuner, le quotidien d'un être lambda mais qui pour l'ancien chef s'en était presque extatique. Ajoutons à cela la présence d'Evanna, qui faisait beaucoup. Comment cela pouvait-il donc être possible ? Comment en était-il arrivé à ne plus apprécier les plaisirs simples de la vie ? Il se le demandait encore, sans pour autant se sentir frustré de ne pas avoir de réponse immédiate. Peut-être y parviendrait-il une fois prochaine, pour l'heure, il avait mieux à faire. Evanna méritait toutes les attentions et il faut dire qu'il n'était pas difficile de toutes les lui dédier. Alan était happé par sa présence, hypnotisé par elle, par sa voix, son parfum, par cet ensemble qui la constituait et il se fichait de paraître idiot en ayant l'impression d'avoir 16 ans à nouveau. Car pour la première fois depuis, longtemps, il se fichait de tout, sauf d'elle.

« - Je t'amènerais à un bal alors et je sortirais ma plus belle permanente et mon plus beau costume de pingouin rien que pour toi ! » Ils regagnèrent donc la cuisine, le territoire d'Evanna en ces lieux, bien qu'Alan se sente en terrain conquis. « - Mais tu es sûre que tu ne veux pas un peu d'aide aussi minime soit-elle ? » réitéra-t-il tout sourire. « - Ok, j'ai compris, je n'insiste pas. Je suis l'invité et je reste ici à te regarder cuisiner alors que c'est mon domaine. » Il s'assit donc et fit son regard de chien battu avant de prendre son mug en main pour déguster son café. « - Le café est bon si ça peut te rassurer. Pas aussi bon que celui que je sers au pub et qu'il faudrait que tu goûtes pour en avoir un aperçu. » Il continuait à observer chacun de ses gestes et à l'écouter avec la plus royale des attentions tandis qu'elle s'afférait à être une hôtesse digne de ce nom. « - Tu me prépares un vrai festin dis-moi ! » Elle consentit ensuite à lui délivrer le secret de sa pâte façon vegane, il s'approcha d'ailleurs pour observer le chef-d’œuvre. « - Hum ça m'a l'air pas mal ça dis-donc ! Et pour lever la pâte, je peux, à ma moindre mesure, te filer quelques conseils si tu veux. En général, c'est lorsque nous sommes confrontés à de mauvaises températures. Tu peux déjà te servir du four. Tu le préchauffes à une basse température pendant quelques minutes, après tu l'éteins, tu mets la pâte. Ne chauffe pas trop le four, car les ferments ne raffolent pas de la chaleur. Après la pâte ne va pas tarder à doubler de volume. Après, tu as le micro-ondes dans une étuve. Tu y mets une tasse d'eau, tu la fais bouillir pendant quelques minutes. Tu éteins le micro-ondes, tu y mets le récipient qui contient la pâte à faire lever en laissant la tasse d'eau. La pâte va doubler rapidement. J'utilise souvent le micro-ondes. C'est efficace quand on sait s'en servir... Et c'est à ce moment-là que je me rends compte, qu'il est grand temps pour moi de me taire. Je parle trop quand il est question de cuisine. J'essaierais ta technique ! »

Il est vrai, qu'une fois lancé, il était difficile voir impossible d'arrêter ce rustre Ecossais, qui aurait pu, s'il le pouvait, parler cuisine durant des heures. « - Tu es très sexy et ô mon dieu, ça serait l'extase que de te voir faire des cookies. L'orgasme même » lança-t-il un brin moqueur en rangeant son portable tandis que la demoiselle consentait à prendre place à ses côtés. « - Le pain français est un monument et quand on y goûte c'est difficile de s'arrêter. La mie est magique. Je me souviens quand je faisais mes classes dans l'un des hôtels de Paris, j'adorais me lever tôt le matin pour aller m'acheter une baguette fraîchement sortie du fournil. Ça fait tellement cliché dit comme ça non ? Que je te rassure, pour ce qui est du vin, ce n'était pas mon délire. Un Écossais reste un Écossais et de surcroît un fidèle au whisky. » Il lui sourit avec tendresse avant d'attraper à son tour un pancake et de parler à nouveau cuisine. « - Quand, tu es passionné, les idées jaillissent comme ça. Enfin, il faut un peu provoquer la chose, un peu comme le peintre devant sa toile, ou l'écrivain devant sa feuille. C'est un don et j'ai eu tendance à l'oublier ces dernières années. Je le portais plus comme malédiction, tu vois. Maintenant ça revient, j'essaie juste de faire en sorte que ça ne m'accapare pas trop cette fois, histoire de profiter de la vie et des personnes que je viens à rencontrer. Donc fais-moi goûter cette merveille dont tu es tombée amoureuse » Il approcha son visage pour qu'elle lui fasse goûter un peu de sirop sur un bout de pancake. Il avait beau avoir voyagé, jamais encore, il n'avait goûté à ce précieux liquide brun. « - Hum... c'est délicieux dis-donc. Ca pourrait être sympa de caraméliser des pommes avec ça. J'y penserais pour la prochaine fois ! » Il reporta son attention sur Eva' et lui caressa la joue avant de remettre en place l'une de ses mèches rebelles. « - Merci pour ce fabuleux petit déjeuner ! C'est très agréable de prendre le temps et d'être en aussi bonne compagnie qui plus est. » Il s'approcha pour combler la distance qui les séparait l'un de l'autre et l'embrassa délicatement, avant, d'approfondir la caresse buccale au goût de café et de pancake. « - Tu crois que ça dérange Pepper que j'accapare sa maîtresse ? »



(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Mar 24 Sep - 3:27


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève



Lundi 31 décembre 2018

Passer du temps avec Alan était si plaisant. Il était toujours égal à lui-même, drôle, il ne jouait pas de rôle, il était nature et disait ce qu’il pensait. Il faisait rire Evanna et ça, c’était quelque chose d’inégalable pour elle.

- Je suis sure que tu serais au top dans un costume de pingouin, répondit-elle sur le même ton amusé.

Arrivés dans la cuisine, elle s’activa donc pour lui préparer un petit déjeuner tant convoité, surtout après les efforts de ce matin. Alan, galant et bien élevé, proposa son aide, par deux fois, mais Eva’ était bien décidée à essayer de lui montrer qu’elle était capable de se débrouiller, même si le chef étoilé c’était lui.

- Je sais que c’est ton domaine, mais tu entres en action tout à l’heure, au moment de la leçon de cuisine. Pour le moment, repos soldat ! Tu dois reprendre des forces.

Et c’est deux belles tartines de pain maison et une pile de pancakes qu’elle lui servit pour ce faire. Le café sembla lui plaire, bien qu’il en existait de meilleurs, comme celui qu’il servait au pub.

- Oh tu sais, je suis loin d’être une experte avec la cafetière.

Le café, c’était le domaine de Jonathan.

- Tu m’y feras goûter ce soir alors. Et peut-être pourras-tu me donner le secret. Ça vient de ta machine, j’imagine ?

Puisqu'il était convenu qu'ils passent la soirée du nouvel an ensemble au Kangaroo Whiskey, au moins, elle pourrait effectivement en avoir le coeur net. A sa demande, elle lui expliqua donc ce qu’elle utilisait dans sa recette de pâte à pancake végane. Le chef lui expliqua quelques méthodes de cuisine également, et elle fut subjuguée la passion qu’il mettait dans son discours. Souriante, elle l’écoutait et prenait mentalement des notes, ça pourrait toujours servir et peut-être serait-il content de voir qu’elle suivait ses conseils.

- Non, je trouve ça super au contraire. Un vrai connaisseur ne peut dispenser que de bons conseils et de bonnes idées, c’est intéressant pour moi qui suis assez novice. Je fais quelques trucs mais c’est pas très élaboré.

Il plaisanta ensuite sur le fait qu’elle était sexy avec un tablier en train de préparer des pancakes, et que du coup, la voir faire des cookies serait l’extase. Elle pouffa de rire en secouant la tête.

- Heureusement, parce que je ne sais pas faire grand-chose d’autres… Des gâteaux, c’est la base quand on a des enfants, mais je suis loin d’avoir tes connaissances.

A présent assise à côté de lui, elle se récompensait avec une bonne gorgée de café et put à son tour attaquer les pancakes, non sans une couche de sirop d’érable, devenu son nouveau péché mignon. Elle lui en fit goûter puisqu’il ne connaissait pas et il sembla apprécié, ce qui fit naître un grand sourire sur les lèvres de la biologiste.

- AH, je suis contente que tu aimes. Oh super idée pour les pommes. Il faudra que j’essaie.

Toujours le sourire aux lèvres, elle le regarda approcher un peu plus et accepta ce doux baiser qu’il lui donna, le prolongeant à son tour. Embrasser Alan était une chose Ô combien plaisante, elle s’en rendait compte à chaque nouveau baiser. La question qu’il lui posa ensuite la fit sourire.

- Je crois que Pepper est plus préoccupée par son propre petit déjeuner pour le moment… Tu peux donc m’accaparer si tu veux.

Elle lui caressa la joue à son tour avant de déposer ses lèvres contre les siennes. Cet homme faisait rejaillir des sensations longtemps oubliées et passées sous silence, c’était étrange mais à la fois enivrant. La biologiste marine glissa sa main dans les cheveux de son petit ami, car oui, même le toucher de ses cheveux était agréable. A tel point qu’elle se demandait s’il y avait réellement quelque chose à jeter chez lui. Sans doute que non.
(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Jeu 3 Oct - 18:42


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève



Lundi 31 décembre 2018

Assis l'un à côté de l'autre, savourant ce copieux et délicieux petit déjeuner, Alan et Evanna appréciaient chacun à leur façon ce doux moment. Pour Al qui se contentait jusqu'alors d'un café rapidement avalé et d'un petit truc qu'il n'avait même pas pris le soin de préparer, le petit-déj n'avait rien d'exaltant avant ça. « - Ça fait vraiment du bien de prendre un bon petit déjeuner. » Et il insistait bien pour se convaincre lui-même. « - On devrait recommencer un de ces quatre. » Ou l'excuse bidon pour la revoir sans se mouiller, il en était encore là, décidément plus habitué à se comporter « normalement » L'erreur est humaine dira-t-on et de ce côté, notre cher Alan débordé d'humanité. Il prenait aussi, peu à peu de la confiance, allant jusqu'à se rapprocher lentement, mais sûrement de la belle brune pour lui offrir ses lèvres. Embrasser Evanna était, il est vrai, quelque chose de très, de trop plaisant, vite addictif, mais sans danger pour la santé. Alors pourquoi s'en priver, pensait-il tout en savourant la douceur de ses lèvres aux goûts café-pancakes. Bien sûr, il y avait les à-côtés, comme la fille de la biologiste. Nul doute qu'il serait amené à la rencontrer tôt ou tard. Il y avait aussi les animaux de compagnie dont la chienne qui semblât, l'espace d'un instant, attirer toute l'attention de l'ancien chef. Peut-être était-ce de façon inconsciente sa façon à lui, de se préparer à une première rencontre avec l'adolescente.

« - Et, tu crois qu'à l'avenir, elle ne s'en offusquera pas que j'accapare un peu sa mère...enfin je veux dire sa maîtresse ? » Le sourire aux lèvres, elle déposa une douce caresse sur sa joue refroidie après l'effort avant de venir répondre à son baiser. Al sentit son trouble défaillir et passa ses mains expertes autour de sa taille fine en savourant un peu plus le contact de leurs deux corps. Sentir la main d'Eva' dans ses cheveux, lui fit un petit quelque chose, du genre étrange, mais agréable. Il en profita pour ramener la demoiselle à lui, sans perdre le contact de ses lèvres, bien qu'il faille à un moment donné sans défaire. « - Hum.... » dit-il en commençant à se séparer doucement, mais sûrement. « - Je serais bien resté à t'emballer toute la matinée, sauf qu'on a pas mal de trucs à faire non ? » Il frotta le bout de son nez au sien tout sourire avant de déposer un baiser plus chaste sur son front et se leva pour ranger ce dont ils n'avaient plus besoin. « - Aller hop cher commis, tu n'aurais pas un tablier pour moi ? »  Et c'est ainsi qu'ils passèrent une bonne partie de la fin de matinée à œuvrer aux fourneaux. Une fois encore, Al s'essaya à la cuisine végan en dispensant quelques conseils à la mère de famille. Il était pédagogue, doux et attentionné, l'exact opposé du personnage public, chef tyrannique qui soumettait les candidats à une telle pression, que la plupart craqués une fois les caméras coupées. Là, il souriait, prenait le temps de donner ses conseils, accompagnait Evanna, ne résistant pas à l'envie de l'embrasser de temps à autre. Oui, amoureux, il l'était, plus aucun doute ne subsistait dès lors.

Toutefois, puisque la journée s'achevait, il fallait, après rangement, se préparer pour la grande soirée du réveillon. Alan semblait exciter comme une puce, plus encore à l'idée d'avoir sa nouvelle petite amie à ses côtés pour partager cette dernière soirée de l'année. « - Sans arrières pensées, je me disais, avant qu'on décolle que tu pourrais prendre quelques affaires et restais dormir chez moi ce soir. On va finir tard et je n'aurais pas le cœur à te laisser rentrer. Après, si tu ne veux pas, je ne te force pas la main. J'ai un super canapé convertible que je me ferais un plaisir de prendre. Alors ? » lança-il avec son regard de chat botté.

(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Ven 4 Oct - 3:36


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève



Lundi 31 décembre 2018

Evanna était heureuse que cette matinée se passe aussi bien. Cuisinier pour un chef étoilé, même ancien chef, et même si ce n’était « que » pour un petit déjeuner, avait quelque chose de stressant. Elle s’y était déjà risquée pour la veille au soir pour leur pic-nique sur la plage, et elle voulait à présent ne pas faillir alors qu’il avait apprécié ses petites préparations. La biologiste sourit en l’entendant souhaiter réitérer l’expérience.

- Bien sûr, je te ferai d’autres recettes.

Eva’ ne se doutait pas que l’Européen appréhendait autant de rencontrer sa fille. A vrai dire, elle-même appréhendait ce moment mais préférait ne pas y penser, étant donné que leur relation datait de, quoi, cinq minutes ? Elle ne voulait surtout pas prendre le moindre risque et perturber Elizabeth si d’aventure la relation avec Frank devait ne pas aboutir sur quelque chose de sérieux et cesser. Mais l’Australienne ne voulait pas penser à tout ça. Toutes les séances chez Leah avaient finalement porté leurs fruits et la brunette commençait enfin à voir la vie du bon côté. La nouvelle relation avec Alan, maintenant qu’elle avait accepté d’ouvrir les yeux, lui donnait en quelques sortes des ailes, même s’il subsistait encore quelques appréhensions liées à la nouveauté.

Les tourtereaux ne tardèrent à s’embrasser à nouveau, autre activité hautement plaisante, bien plus encore que ce petit déjeuner pourtant délicieux. Alan fit d’ailleurs remarquer qu’ils avaient beaucoup à faire, et un sourire amusé aux lèvres, Evanna se détacha de lui et alla lui chercher un tablier qu’il venait de réclamer. Quel bonheur et surtout quelle chance ce fut pour la jeune femme d’avoir un cours de cuisine dispensé par un vrai professionnel. Il lui donnait des conseils extrêmement utiles, des petits détails et astuces auxquels elle n’avait jamais pensé ou dont elle n’avait absolument jamais entendu parler. En plus d’être ludique et instructif, ça avait été agréable, car évidemment, l’un comme l’autre ne s’étaient pas privés pour voler un baiser par-ci par-là de temps en temps à son partenaire de cuisine.

Toutes les bonnes choses ayant une fin, la matinée s’acheva finalement plutôt rapidement, et l’après-midi déjà bien entamée, il fallait se résoudre à se préparer pour la soirée du nouvel an qui arrivait à grands pas. Alors qu’Eva’ s’apprêtait à monter se changer pour la soirée, Al’ lui fit une proposition à laquelle elle ne s’attendait pas : celle de rester dormir chez lui après le réveillon. L’argument de la fin de soirée tardive, qui serait surtout un début de matinée, et l’alcool qu’ils auront probablement ingéré était finalement tout à fait recevable. Combien d’accidents de voiture étaient répertoriés chaque année au retour des réveillons de Saint Sylvestre ? Et les accidents de voitures étaient bien une chose qui effrayaient Eva’ au plus haut point au vu de son passif. Et puis ce regard, comment y résister ?

- C’est… c’est une bonne idée. Merci de proposer. Bon ben… je monte me changer et je prépare quelques affaires alors… Je peux te laisser seul avec Pepper et les fauves sans risquer de vous entendre vous disputer ? Demanda-t-elle d’un air taquin.

Puis, un dernier chaste baiser plus tard, elle monta les escaliers pour regagner sa chambre. La robe qu’elle avait choisie pour la soirée attendait, sagement pendue à un cintre. Elle l’attrapa et la posa sur le lit avant de se saisir d’un petit sac de voyage. Et là, une question existentielle la prit : quoi prendre ? Si elle prenait un pyjama, le genre avec des têtes de chats partout que sa fille lui avait offert pour Noël, ça faisait clairement tue-l’amour, mais si elle prenait une nuisette, ça risquait de faire un peu « olé olé ». Elle n’allait tout de même pas dormir à poil ? Fouillant son placard, elle chercha parmi toutes ses nuisettes celle qui ferait le moins sexy. Le moins qu’on puisse dire, c’est que Jon lui en avait offert quelques unes. C’était étrange pour Evanna de se dire que désormais, ce serait un autre homme qui la verrait avec ces tenues-là. Elle résolut finalement, après en avoir choisi une bleue sans trop de dentelles, qu’à l’avenir elle en achèterait d’autres, et que celles-ci, que Jonathan avait connues, iraient dans un coin mais ne serait plus utilisées quand Alan serait là. La tenue de nuit, des sous-vêtements et vêtements de rechanges pliés dans le sac, l’Australienne alla dans sa salle de bain se rafraîchir un peu, se brosser les dents et enfiler sa robe, blanche, assez simple et moulante qui mettant son corps en valeur. Des escarpins de la même couleur, une touche de parfum, un peu de maquillage léger et elle redescendit, sac en main.

- Voilà. On peut y aller. Du coup, on prend ta voiture ?

(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Ven 4 Oct - 20:54


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


Alan le savait, tout n'était pas parfait, il lui restait encore quelques progrès à accomplir pour passer outre les derniers obstacles, mais il n'en demeurait pas moins sur la bonne voie et non sur une pente descendante. Sa rencontre avec Evanna Porter l'avait bousculé sur bien des aspects. Le chasseur et collectionneur s'éclipsait peu à peu et l'azur de ses yeux avait cessé de se braquer sur d'autres femmes. Les viles tentations qu'elles représentaient jadis n'étaient dès lors plus que le souvenir d'une époque révolue. L'impulsif lui aussi avait tourné les talons, l'ancien chef ne se mettait aucune pression et ne prenait plus la tête à ses employés. D'ailleurs, le souvenir de l'atelier de cuisine en leur compagnie, quelques heures auparavant, lui avait démontré qu'il était bien plus agréable de travailler dans une ambiance bonne enfant, chacun apportant sa petite pierre à l'édifice, dans la joie et la bonne humeur, plutôt que d'être en permanence à couteaux tirés. Les employés eux-mêmes le reconnaissaient, cet Alan-là, était bien plus fédérateur et c'était un plaisir de travailler pour ce patron. À cela venait s'ajouter le plaisir de cuisiner à nouveau. Tout ça, en parti grâce à la biologiste dont il voulait également conquérir les papilles, mais plus encore, sa personne toute entière. Evanna méritait le meilleur et pas seulement dans l'assiette. Elle méritait quelqu'un à son écoute, quelqu'un susceptible de la comprendre, mais aussi une personne capable de prendre soin d'elle, de lui prouver que la vie ne s'arrête pas lorsque l'on perd son grand amour. Même si aux prémices de leur rencontre, Alan avait flippé de ce qu'il ressentait aussi rapidement pour cette femme, à présent, il l'acceptait pleinement. Maya ne supporterait pas de le voir seul et malheureux toute sa vie. À n'en pas douter, elle la lui accorderait cette seconde chance, à laquelle il venait de souscrire avec Eva et parce qu'elle en valait très largement le coup, il avait bien l'intention de donner le meilleur de lui-même pour que cette relation fonctionne et se mue définitivement en seconde chance.

Vint donc l'heure du fameux atelier « privé » de cuisine. La belle brune affubla son beau cuisinier d'un tablier. Alan l'enfila presque comme s'il eut s'agit d'un uniforme et commença à se préparer. Ils avaient certes beaucoup de choses à faire, mais l'Européen s'était avant tout interdit de scruter l'horloge. Il n'y avait aucune pression. Presque tout était prêt au pub, les employés y veilleraient. Alan pouvait donc pratiquer son art sans pression avec celle qu'il se plaisait à appeler « sa chérie » dans un coin de sa tête. Il ne voulait pas encore l'affubler d'un surnom trop affectif à l'oral, leur relation étant trop fraîche. Ils iraient à leur rythme, une fois encore sans pression, néanmoins, ils ne s'interdisaient pas de se voler quelques baisers de-ci de-là. Alan y prenait d'ailleurs beaucoup de plaisir tout en donnant ses conseils. À l'écoute, gentil et patient, il en venait à se découvrir de vraies qualités pédagogiques et le sourire ne quittait plus ses lèvres. Il la regardait faire et s'était même amusé à la prendre en photo à plusieurs reprises, ainsi que quelques selfies à deux, avec de la farine un peu partout, car comme des enfants, ils s'étaient amusés à se livrer bataille. Cependant, toute bonne chose n'étant appelée à durer, ils durent commencer à se préparer pour la soirée et Alan n'étant point à cœur d'idées, il osa formuler tout haut, ce qu'il avait pensé tout bas. « - Et puis cette fois, sera différente de la fois précédente hein ? » Elle accepta et sans rechigner, approuvant même totalement l'idée ce qui enjoua davantage le Britannique qui peinait à cacher sa joie avec ce sourire d'ange. « - Génial, enfin, je veux dire oui, c'est préférable de faire ça. Je... Je vais effectivement rester avec Pepper et les fauves qui je l'espère m'adopteront comme l'a fait leur maîtresse » Il la laissa l'embrasser une dernière fois avant de la voir s'éclipser à l'étage pour aller récupérer ses affaires.

Pepper délaissa aussitôt sa gamelle et s'approcha du nouvel arrivant qu'elle semblait avoir pris en affection. « - Bon les gars, les filles, il faut qu'on parle vous et moi ! Il est fort à parier que nous nous croisions de temps en temps. Je vais être franc avec vous, je suis totalement en kiffe sur votre maîtresse, mais genre beaucoup. J'aurai besoin de vous à l'avenir, alors autant qu'on s'entende les amis non ? » Il caressa Pepper qui elle l'avait adopté de toute évidence. « - Je serais cool je vous le promets. Genre, je la ferais sourire tous les jours si ça peut vous rassurez. Alors vous m'adoptez ? » Bien sûr, le dialogue était à sens unique, mais ça amusait Al qui était loin de se douter qu'Evanna était prête et qu'elle ne fut pas sa surprise en la découvrant vêtue de sa belle robe blanche en combien flatteuse pour son corps et ses délicieuses courbes. L'ancien chef se leva aussi et lui prit son sac. « - Si j'étais le loup de Tex Avery, ma mâchoire tomberait au sol et ma langue glisserait sur une vingtaine de mètres. Tu es vraiment « wow » Je vais devoir jouer le chien de garde ce soir hein Pepper ! » Il récupéra ses affaires à lui ainsi que ses clés « - Ouais on va prendre mon gros SUV, une voiture de star pour une star » Ils quittèrent donc les lieux, Alan plaça le sac dans le coffre et laissa sa belle prendre place côté passager et au moment où il referma le coffre, il songea à son appartement et au bazar « -Merde ! » laissa-t-il entendre sur le retour. « - Dis ma belle, tu me laisseras genre une quinzaine de minutes avant de monter ? Il faut que je range un peu l'appartement avant » Pour dire vrai, l'appartement n'était pas vraiment en désordre, hormis un peu de vaisselles à ranger et une ou deux bières sur la table basse. Alan se mettait un peu la pression, ce qui sous cet angle, le rendait mignon. Il démarra donc baissant un peu la radio, puis ils prirent la route pour Fitroy, au passage, l'Européen en profita pour glisser sa main droite dans celle d'Evanna. « - Ca va être fun encore plus quand tu vas voir ma tenue. Mais je ne dis rien, je préfère ménager l'effet de surprise. »

Le quartier se préparait à la fête ce soir et le Kangaroo Whiskey n'y échappait pas, le personnel était déjà sur le pont et fut surprit de voir le boss débarquait et pas seul de toute évidence. Retenant élégamment la porte à sa chérie, Al sourit à tout le monde. « - Salut ! Je suis sûrement peu en avance. Je vous présence Evanna. »

« Ah comme l'Evanna cocktail boss ? »

« - Et bien, c'est elle, la seule l'unique et aussi ma petite amie alors les gars, je vous ai à l'œil » lança-t-il avec bienveillance aux gars du staff. « - Eva', je te présente mon équipe. Tous des locaux, je suis donc le seul étranger ce soir. Bon, je vous confis la demoiselle, je reviens, je vais ranger un peu l'appartement en haut et je vais me changer. Si tu as soif, sers-toi Eva ok ? » Il s'approcha et l'embrassa furtivement avant de prendre son sac à lui et le sien pour y monter le tout. Arrivé sur place, il commença à tout ranger, passa un petit coup de febreze avant de rejoindre sa chambre et de se changer. Il se déshabilla et commença à enfiler son kilt coupé dans le tartan Black Watch. Puis il cerna sa taille d'une large ceinture dont la boucle était ornée d'entrelacs. Puis vint le sporran accroché à la ceinture sur le devant du kilt. Vint ensuite le tour des chaussettes en laine et blanches, elles remontaient jusqu'à ses genoux agrémentés d'une paire de converses. Oui tant qu'à être original ! Alan acheva sa préparation avec la traditionnelle chemise blanche avec une cravate aux couleurs du kilt ainsi qu'une veste noire. Fin prêt, il quitta donc l'appartement et regagna le pub où tous les regards se braquaient déjà sur lui.


« -Voilà, j’ai dit que je le ferais, je le fais ! »



(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur
Evanna Porter

Evanna Porter

Admin - Melbourne
J'ai posté : 88 messages pour un total de : 79 points. Je suis né(e) le : 01/11/1985 ce qui me fait : 33
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Mar 8 Oct - 17:13


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève

31 Décembre 2018

Loin de se douter de la nature de la petite conversation qu’Alan avait eue avec sa tribu poilue, Evanna était redescendue, tout pimpante, prête à faire la fête. Visiblement, sa tenue plaisait à son bel Ecossais qui ne se priva pas de le souligner en nommant métaphoriquement un personnage de cartoon bien connu, ce qui fit rire la brunette.

- Allons, c’est qu’une robe… J’ai pas beaucoup de tenue un peu habillée alors bon… je me suis dit que c’était l’occasion de la sortir.

Néanmoins, elle était heureuse de lui plaire. Ça l’étonnait d’ailleurs, la biologiste marine n’aurait pas pensé qu’une telle réaction de la part d’Alan lui aurait fait aussi plaisir. La maîtresse des lieux alla en vitesse dans la cuisine remplir les gamelles de ses occupants à quatre pattes pour s’assurer qu’ils ne manquent de rien en son absence, avant de revenir auprès du beau blond. Elle glissa sa main dans la sienne alors qu’il avait pris possession de son petit sac contenant ses affaires de rechange, tandis que dans l’autre elle s’était saisie des clés de la maison pour refermer derrière elle.

- Soyez sages les chéris ! Lança-t-elle en fermant la porte et la verrouillant.

Ils entrèrent dans la voiture d’Alan et celui-ci sembla soudain un peu bizarre, demandant s’il pourrait avoir une quinzaine de minutes seul dans son appartement avant de venir. Eva’, un sourire en coin aux lèvres, se douta qu’il voulait ranger un peu avant de l’accueillir et hocha la tête.

- Mais oui, et ne t’en fais pas, je vais pas aller inspecter.

Sa curiosité fut piquée lorsqu’il évoqua sa tenue pour la soirée, une tenue qui, visiblement et d’après ses dires, serait « fun ».

- J’ai hâte de voir ça.

Ils ne tardèrent pas à arriver et Evanna fut rapidement présentée aux employés du bar qui s’affairaient sur les derniers préparatifs.

- Salut tout le monde ! Lança-t-elle avec un sourire et un petit geste de la main.

Rapidement, Alan lui donna un dernier baiser, chaste, avant de s’éclipser dans son appartement. Eva’ prit le parti d’aider un peu l’équipe.
Lorsqu’Alan descendit, le bar avait déjà ouvert et une poignée de clients était installée. Evanna était derrière le bar, apprenant par l’un des serveurs à préparer une bière pression. Alors qu’elle enclenchait le manche, tenant le verre avec une certaine inclinaison, tous les regards se braquèrent sur le boss du Kangaroo Whiskey. La biologiste, concentrée, fut la dernière à le remarquer, en fait, elle dut entendre le son de sa voix pour percuter. Et lorsqu’elle le vit en kilt, elle resta bouche bée. Ce ne fut qu’au contact de la bière qui se déversait sur ses mains, vu que le verre, penché, était plein, qu’elle réalisa qu’elle faisait une bêtise.

- Merde ! Oh pardon, j’en ai mis plein parterre.

Le jeune serveur, amusé, ne s’en offusqua pas. Eva’ posa le verre sur le comptoir et attrapa une serpillière pour éponger. Le jeune homme ne la laissa pas aller jusqu’au bout, bienveillant, et l’encouragea à rejoindre le patron, ce qu’elle fit.

- Waow, ben dis donc, je ne m’attendais pas à une tenue traditionnelle de chez toi ! C’est cool… et surprenant… et cool ! Et élégant aussi. Moi pendant ce temps j’ai appris à faire le cocktail qui porte mon prénom, et j’étais sur le point de déchirer en bière pression quand… j’ai été troublée par ton apparition, donnant un peu plus de taf à Steve.

Le Steve en question était déjà en train d’apporter la commande des premiers clients présents, tandis qu’Evanna reportait son attention sur son petit ami.

- Alors, quel est le programme ?




(c) DΛNDELION
Alan Murray

Alan Murray

Admin - Melbourne
J'ai posté : 72 messages pour un total de : 70 printemps. Actuellement je vis à : Ca dépend des jours où je suis : Ancien chef étoilé, propriétaire et gérant du Big Apple (un pub) et du O Tartan (un resto)
Côté sentimental je suis : En couple
A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Hier à 23:42


A Good day
Eva & Alan

Un jour nouveau se lève


« C'était fun » disait-il à propos de la tenue qu'il s'apprêtait à enfiler pour fêter comme il se doit l'ultime jour de cette année. Mais enfiler un kilt et de ce fait une tenue traditionnelle était aussi pour Alan, une fierté et le rappel de son appartenance à la terre des Highlanders. Dire qu'il n'avait pas le mal du pays serait mentir, il est vrai. L'Écosse et l'Irlande pouvaient parfois lui manquer, au point qu'il lui arrivait à quelques reprises, de se poser dans son vieux fauteuil en cuir marron, casque sur les oreilles, face à la fenêtre pour y écouter les sons d'une mer en furie, les gouttes de pluie venant s'écraser au sol, ou contre une fenêtre. Il avait dans sa playlist Youtube tout un tas d'enregistrements de la sorte, une façon pour lui de garder ses terres dans un coin de sa tête. Il était donc tout naturel pour lui de revêtir le kilt ce soir. Se regardant une dernière fois dans le miroir et délaissant le béret qu'il avait pourtant prévu de revêtir, le boss du Kangaroo Whiskey retrouva son établissement, le sourire aux lèvres et toujours aussi accueillant avec des habitués venus le saluer. Le regard amusé de ses employés le fit sourire. « On ne doutait pas que vous le feriez boss ! »

« - Tha ! Alba agus moiteil a bhith! Écossais et fier de l'être ! C'est à peu près les seuls mots que je connais en gaélique. » Il remarqua alors sa belle Australienne qui œuvrait près du bar secondée de près par Steve. La demoiselle troublée par la vision de son petit-ami, venait de renverser un peu de bière. Rien de bien méchant, Al étant le seul fautif. Il échangea un bref sourire avec le barman et s'approcha à son tour pour venir retrouver la belle biologiste. « - Je ne fais pas les choses à moitié, il est vrai, belle étrangère. Je suis d'autant plus ravi que tu trouves ça « cool » et élégant. J'ai parié que je le ferais, donc quoiqu'il arrive je ne pouvais y échapper et un Écossais tient toujours parole, enfin, il fait au mieux pour. » Il lui sourit de plus belle en apprenant de sa bouche que pendant son absence elle n'avait pas chômé et que de toute évidence, elle maîtrisait le cocktail à son nom et la bière pression. « - Steve est ravi d'avoir un peu plus de taff et une aide supplémentaire ! » Le barman lui sourit et acquiesça « - Tu as passé l'étape de la bière pression en tout cas et je t'en félicite belle étrangère. On va attendre que le gros du gros arrive. Là, on a majoritairement des habitués. Je vais commencer à sortir ce que j'ai préparé avec mon équipe. Et d'ici 20 h 30 21 H, nos invités pourront déguster quelques préparations. » Il posa à nouveau son regard sur elle et sourit de plus belle « - Je suis vraiment content que tu sois là, c'était important pour moi qu'on passe la dernière soirée de l'année ensemble. »

« Boss, on a trois fûts qui attendent dehors ! »

« - Le devoir nous appelle ! Tu peux aider si tu veux. Il y a aussi une caisse de soda à rentrer à l'intérieur. Je m'occupe des fûts de bières de mon côté pour préserver ton petit dos. » Ils se séparèrent donc l'espace d'un instant et se retrouvèrent ensuite. Il fallait à présent mettre en place les tables et la nourriture faite maison lors du cours de cuisine improvisé par Alan « - Stephy, Steve mettez ça là ! Parfait ! » Le chef d'orchestre était de bonne humeur, sans pression, ce qui représentait une vraie bouffée d'air pour son personnel qui semblait réapprendre à le connaître depuis plusieurs jours. Et de toute évidence, Eva' n'était pas innocente à ce changement. Les deux amoureux avaient dès lors pris possession du bar où ils servaient les clients adossaient au comptoir. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que la belle biologiste savait s'adapter et charmait bien des clients par sa bonne humeur et son sourire. Al servit une Guiness et en profita pour s'approcher. « - Dis donc, tu gères sacrément bien ! » Il profita d'une petite accalmie pour l'embrasser « - Et ouais les gars désolé elle est prise » lança-t-il gentiment à deux habitués qui lorgnait sur la demoiselle. « - Tu as faim ? Il y a des préparations végan si tu veux te servir ! On peut s'octroyer une petite pause aussi si tu veux ! » Il fit aussi signe à Steve et à l'autre barman. « - Vous gérez les gars ? » Ils acquiescèrent de concert. Alan se servit une Guinness et proposa une boisson à Eva, avant de l'entraîner vers les réserves, puis vers l'arrière du pub afin de prendre un peu l'air, loin de toute cette agitation. « - Alors ? Ca va, tu t'amuses ? »



(c) DΛNDELION


Avec toi,
Je suis le plus heureux des hommes
Tu fais de moi, un homme meilleur

Contenu sponsorisé

A good day ( 29 décembre 2018) - Page 2 Empty
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» 7/2/2018
» Sassuolo (Saison 3 - 2017/2018)
» Festivités de la Fete nationale du 2 décembre et coup d'Etat du 3 décembre
» 6/1/2018
» 14 Décembre 2016

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: