Partagez

Gareva - Un accident n'arrive jamais seul

Jay Pierce

Jay Pierce

Admin - Austin
J'ai posté : 11 messages pour un total de : 6 points. Je suis né(e) le : 29/01/1982 ce qui me fait : 37 printemps. Actuellement je vis à : Austin où je suis : Hommes d'affaires et PDG de "Pierce Industries"
Côté sentimental je suis : Divorcé
Gareva - Un accident n'arrive jamais seul Empty
Mer 17 Juil - 14:13
Un accident n'arrive jamais seulUn étranger est un ami pas encore rencontréGareva & JaySi Jay était à Chicago aujourd'hui, ce n'était pas pour les affaires. Ni pour le plaisir d'ailleurs. Mais pour intervenir en tant qu'avocat en tant que membre d' "Innocence Project ". En effet, bien qu'il est arrêté de pratiquer pour prendre la tête de l'entreprise familiale deux ans plus tôt, il n'en avait pas moins cessé de se battre contre l'injustice dans le cadre de cette organisation à but non-lucratif. Deux à trois fois par an, il abandonnait ses affaires pour donner de son temps à une personne victime d'une erreur judiciaire. Ce matin-là, il avait eut rendez vous avec sa cliente, à la prison du comté, pour prendre un premier contact et voir avec elle son dossier. La mère de famille d'une cinquantaine d'années était au bout du rouleau et commençait sérieusement à perdre espoir de revoir un jour la liberté. Mais c'était sans compter sur son nouvel allié. C'est vrai que tout jouait contre elle. Il était de notoriété publique qu'elle était une femme battue. Alors forcément, quand son mari a été retrouvé d'une balle dans la tête dans son fauteuil au milieu du salon, elle a été tout de suite le suspect numéro un. Pourtant, elle assure qu'elle n'était pas sur place, qu'elle ignore ce qu'il s'est passé et surtout, que, malgré les coups, elle aimait son époux et n'aurait jamais put lui faire de mal. En tout cas, tant qu'il ne s'en prenait pas aux enfants. Et jamais il ne leur avait levé la main dessus. C'était elle son punching-ball préféré. Malheureusement, elle n'avait aucun alibi vérifiable pour l'heure du crime. En effet la veille au soir, elle avait encore subi une nouvelle vague de violence et avait préféré quitter le domicile pour la nuit parce qu'elle avait peur pour sa vie. Elle avait dormi dans sa voiture, garée sur le bord du lac. Malgré le manque de preuves, la conviction des inspecteurs chargés de l'enquête était faite et c'était sur cela que le juré avait déclaré cette pauvre femme coupable et condamné à la peine de mort, il y avait maintenant 9 ans. Heureusement pour elle, cette dernière avait été commuée en prison à vie sans possibilité de libération conditionnelle un an plus tard, suite à l'abolition de la peine capitale dans cet état. Malgré tout, l'homme d'affaires était persuadé de son innocence et jugeait que c'était 9 années de trop derrière les barreaux.

Après avoir passé deux heures en compagnie de sa cliente et lui avoir assuré qu'il la ferait sortir de là et qu'il mettrait tout en œuvre pour l'innocenter avec l'aide des autres membres de l'organisation, Jay quitta la prison pour se rendre dans le quartier des affaires de Chicago où "Pierce Industries" avait des bureaux. Son prédécesseur à la tête de cette dernière avait fait un travail fabuleux dans le développement de la boite et avait fait implanter des bureaux dans presque toutes les capitales d’état du pays. Il avait donc décidé d'en faire son quartier général le temps qu'il traite ce dossier. Il avait informé la secrétaire de faire comme s'il n'était pas là et la petite vie au dernier étage du building où ils étaient installés resta tranquille. À chaque fois que le jeune homme passait dans un de ses bureaux, c'était toujours le branle-bas de combat. Pourtant, il ne s'occupait jamais de leur travail, ayant une confiance absolu en ces directeurs de filiales pour gérer leur personnel. À New-York, l'avocat était la terreur des procureurs, la bête noire des flics. Il s'impliquait tellement dans tous ces dossiers que tout devait être absolument parfait de la part de ses adversaires. La moindre faille et c'était foutue, il s'engouffrait dedans et se mettait le jury dans la poche. Très tôt, le blondinet avait appris à repérer les micros expressions qui lui permettait de gagner la bataille. Il se battait bec et ongles pour les accusés dont il était sur de leur innocence ou ceux dont il jugeait que le cas n'était pas désespéré. Autant dire que si vous étiez un criminel endurcit, mieux valait passer votre chemin, car il était capable de vous enfoncer lors du procès pour que justice soit faite auprès des victimes. Mais à Chicago, c'était plus compliqué. Dans cette ville, comme à peu près partout dans le monde, il était surtout connu pour être l'un des célibataires les plus convoités et les plus riches du moment. Et dieu seul savait à quel point il détestait cette étiquette. Mais bon, il faisait avec. Du coup, il dû batailler pendant un moment au téléphone pour obtenir le dossier d'enquête de son affaire auprès de la police locale. Il finit par obtenir un rendez-vous avec un certain Sergent Carrera. Il n'était pas chargé de l'enquête à l'époque, mais c'est lui qui dirigeait les inspecteurs du district concerné à l'heure actuelle.

Après avoir avalé un rapide déjeuner, Jay quitta donsc le bureau pour se rendre au commissariat. Alors qu'il cherchait un taxi, un fou furieux du volant perdit le contrôle de son véhicule et fonça sur le trottoir. La voiture s'arrêta à trois bons mètres de lui, il avait donc eut de la chance. Malheureusement, ce n'était pas le cas des deux adolescentes qui se baladaient tranquillement. Bien que sous le choc de la scène, il se dirigea droit vers les victimes et commença à leur parler pour voir si elles étaient conscientes pendant qu'un autre témoin de la scène appelait les secours. Soudain, des cris éclatèrent... Jay se retourna pour voir qu'un petit groupe de passant s'en prenait au conducteur de la voiture. Il porta son regard sur la femme qui était auprès de lui pour renseigner les ambulances de l'état de santé des jeunes filles et lui indiqua de rester près d'elles avant d'aller rejoindre la foule en colère. Il tentait tant bien que mal de les apaiser quand les sirènes retentirent au bout de la rue.

   
:copyright:️ DABEILLE
Voir le profil de l'utilisateur http://allovertheworld.forumsrpg.com/t22-austin-jay-pierce?nid=1
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» [TERMINEE] Perséphone ~ Si tu fais de toi-même un ami, tu ne te retrouveras jamais seul
» Une mauvaise nouvelle n'arrive jamais seule
» On est jamais totalement seul ... [Petit Cerisier & Petite Sabreuse]
» Seul et perdu...
» le plus grand virus jamais connu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sauter vers: